Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 17:13

Du XII° au XIV° siècle, ce fut l’âge d’or de la production littéraire islandaise.

 

La Poésie Eddique

Les Edda forment un ensemble de poèmes dont l’origine remonte à peu près au IX° siècle.
                                                                                  Edda
La première Edda dite "Edda en prose" fut écrite par Snorri Sturluson vers 1220. Elle avait pour vocation de sauver l’antique culture nordique que deux siècles de religion chrétienne était en train de laisser disparaître dans l’oubli.

Les chants eddiques sont divisés en deux parties : les poèmes héroïques et les poèmes mythologiques.

Odin (Oðinn) dieu aristocratique, énigmatique et sanguinaire, gardien du courroux sacré écrase le panthéon nordique.

Deux corbeaux (Hugin, la pensée et Munin, la mémoire) juchés sur ses épaules le secondent dans sa mission. Il parcourt le monde sur son cheval à huit pattes, Sleipnir.

Les Valkyries, ses messagères, sont envoyées sur les champs de bataille afin de choisir parmi les défunts ceux qui peupleront le paradis (Valhöll ou Valhalla) où l’on festoie en attendant le conflit final.

Il symbolise également la quête du savoir et de la sagesse pour laquelle il a sacrifié un œil.                 

Thor (Þóor), dieu du tonnerre, bougon et charitable défend les Ases et les hommes contre les géants de la montagne et les elfes qui peuvent prendre l’apparence de nains ou de trolls.                                               

Il a pour attributs magiques une ceinture de force (Megingiord), des gants de fer et un marteau (Miollnir).

 

L’art Scaldique

Nés au V° siècle, les poèmes scaldiques vantent les hauts faits des souverains qui protégeaient leurs auteurs.

D’abord norvégiens, les scaldes (poètes) furent ensuite presque tous islandais.

Ces poètes composaient et déclamaient en public les vers qu’ils dédiaient à leurs protecteurs, les rois norvégiens.

Cette poésie raffinée obéit à des règles de versification complexe difficile à déchiffrer, même par des spécialistes.

Le scalde le plus célèbre est celui d’un Islandais Egill Skallagrímsson qui vivait à la cour de Norvège.


 

Les Sagas

L’Islande connut une tradition orale très vivante.

Ce terme saga (pluriel sögur) vient de l’islandais segja qui signifie : "dire, raconter".

Bizarrement, ces sagas sont des textes en prose écrite.

Rédigées entre 1200 et 1350, elles constituent un genre littéraire original, différent des poèmes scaldiques et eddiques.

Leurs auteurs, anonymes pour la plupart,  issus de l’Eglise, ont emprunté leurs thèmes dans les premiers temps de la colonisation de l’île ou dans l’histoire des rois de Norvège et de Danemark et dans les faits marquants des XII° et XIII° siècles.

Les sagnamaður (auteurs de sagas) rédigeaient  dans la langue vernaculaire, le norrois, et non en latin comme tous les récits écrits en Europe durant cette période.
D’abord hagiographes et chroniques royales, les sagas s’attachèrent ensuite à l’histoire des premiers colons.

C’est le cas des plus célèbres (le Landnámabók ou livre de la colonisation et l'Íslendigabók ou livre des Islandais) qui racontent les préambules de l’ère viking islandaise et l’implantation des premiers colons vikings en 874.

                                                                   Landnámabók

Ces sagas sont dites classiques ou familiales, car elles évoquent fréquemment la destinée d’une famille ou d’une communauté de familles d’une même ferme ou d’un même district sur plusieurs générations.

                                                                Saga de Njall

Le héros de sagas est une créature (söguligr) méritant d’inspirer une saga.

Il existe des héros "lumineux"  (chanceux) aptes à attirer la bonne fortune (gaefa) et les héros sombres dont la mauvaise fortune (ógaefa) est de ne pas avoir admis leur destin.

 

 

 Grettir, héros sombre                               Njall, héros lumineux

 

 La langue, le norrois, n’ayant pas évolué depuis l’époque viking, les Islandais peuvent encore lire les sagas, edda et poèmes scaldiques dans le texte (leur vie autarcique a figé leur langue). Ces écrits restent pour eux très importants.

 Manuscrit du XIII° siècle

 

 
Depuis "la crise" de 2008, il ne s'est jamais autant vendu de livres en Islande.


L'Islande et la littérature au XXI° siècle





Tout Islandais possède au moins deux sortes d’œuvres dans sa bibliothèque : les sagas et les romans d'Halldór Laxness (1902-1998) prix Nobel de littérature en 1955 faisant revivre l’Islande et ses habitants. Ce livre retrace la vie de trois Islandais de classe sociale différente et la vie d’un pays qui se bat pour son indépendance.



 

 

 

Leur amour de la culture est le noyau de la société islandaise, bien que l’école n’ait été obligatoire qu’à partir de 1913, le taux d’illettrisme était extrêmement bas.
Ici, tout le monde est un peu poète et artiste et l’on dit " qu’une moitié des Islandais écrit des livres, l’autre moitié les lit".
Il est très facile de faire éditer et un Islandais sur dix publie un livre au moins une fois dans sa vie.
Ceci est un peu moins vrai à notre époque où les jeunes marquent une désaffection pour leur culture ancestrale, cédant aux sirènes de l’américanisation, ce que déplorent les plus âgés.

En France, depuis quelques années, le roman islandais a le vent en poupe. Particulièrement le roman noir.

L'auteur le plus célèbre est Arnaldur Indriðason  qui a déjà commis douze romans, dont six seulement traduits en français : La cité des jarres, La femme en vert, La voix,  L'homme du lac, Hiver arctique, Hypothermie.
Son héros est le commissaire Erlandur dont on suit les aventures au fil des romans.
Cite  femme voix

homme-du-lac hiver arctique hypothermie
riviiere noire 
                                      Quelques-unes des oeuvres d'auteurs Islandais

                                   

                   Ólafur Gunnarsson

cathedralehache 

                              Steinunn Sigurdardóttir

100 porteschevalplace

voleur

 

                                   Ární Þorarinsson

dresseursorciereseptieme-copie-1.jpg

Jón Hallur Stefánsson    Jón Kalman Stefánsson

brouillages      entre ciel

 

      Steinar Bragi             Kristof Magnusson        Þórarinn Eldjárn

 installationretourtete en miette

                                                            Einar Már Guðmundsson

escalieranges-1.jpgtestament.jpg 

        Einar Kárason        Audur Ava Ólafsdóttir     

sagesse rosa

                                    Sjón

moindre paupière

     Kristín Omarsdóttir              Jón Svensson

t'es pas la seule Nonni                      

Kristín Marja Baldursdóttir

karitas

 

 

 








      




         






 

 

 

 

 

 








 

 

      

    

                            

                              


                       








    

 

 

                              Einar Már Guðmundsson                  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Myriaðe
  • : Tous mes voyages en Islande
  • Contact

Profil

  • Myriaðe
  • Je suis atteinte d'Islandite aigüe, maladie incurable, mais je me soigne par des séjours répétés en Islande, où je me gave de skyr comme mon avatar Skyrgámur...
  • Je suis atteinte d'Islandite aigüe, maladie incurable, mais je me soigne par des séjours répétés en Islande, où je me gave de skyr comme mon avatar Skyrgámur...

Rechercher