Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 11:21

CLIQUER SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

 

          L’énorme 4X4 de Extreme island conduit par Trausti vient me chercher à Hunkubakkar.

Nous sommes seulement 5 dans ce monstre qui peut transporter 13 passagers (plus le chauffeur), dont un papa Philippe, et son fiston Emile, tous deux Français.
Et c’est parti pour cette excursion mythique que nous avons dû abandonner à 2 reprise : Le Laki ou Lakagigar (prononcer Lakaguigar)
La première fois en 2005, où nous avons mis 2h30 pour arriver au rond point de Blágil et en 2009, où un gué était infranchissable pour notre petit Jimny.
Avec la bestiole de Trausti, rien de semblable ne pourra nous arriver.

J'aime ces paysages minérals, silencieux, désertiques.

22-101 22-102

22-103 22-104

 

50 mn plus tard, nous sommes déjà à l’intersection de Blágil… Il faut dire que nous nous sommes très peu arrêtés pour photographier.

22-105

Trausti nous a pourtant dit qu’il s’arrêtait où nous voulions, l’Ecossais lui a demandé plusieurs fois, mais il ne faut pas exagérer.

La route semble plus défoncée que les autres années, mais plusieurs rivières ont été busées et pontées, limitant le nombre de gué.

22-106 22-107

22-108  22-111

22-110 22-112

22-113 22-114

Celui qui nous a posé problème est assez haut, Trausti passe prudemment.
On pensait que rien ne pouvait pousser dans cette caillasse, mais d'audacieuses XX ont bravé les intempéries.

22-115

22-116 

  

  

  

  

  

Arrêt technique pour tout le monde à côté d'un "ridicule" petit Jimny,

  

  

  

   

 

et nous nous garons à côté des « rangères » qui surveillent le parc.
Nous décidons de tous effectuer la grande randonnée de 1h (Aller et retour) qui nous permettra de découvrir tous les cratères.
Les Ecossais filent comme l’éclair malgré leur âge. Ils sont biens entraînés.

Je laisse Philippe et Emile partir devant et j’escalade en ahanant.Le paysage est magnifique.

Je profite des "arrêts respiration" pour mettre mon appareil photos à contribution...

 22-118 22-119

22-120 

 

 

 

 

 

Les « rangères » me surveillent à la jumelle. Mon blouson rouge est bien visible.

 

 

 

 

   

22-121 22-123

Lac Lambavatn

22-124

 

Je crois que j’ai présumé de mes forces, mais j’irai jusqu’au bout. Il y a trop longtemps que j’en rêve de ce Laki…Au bout de 50 mn, me voici au sommet. Et là, je ne regrette pas mes efforts.

 

                                                Je suis venue pour ÇA. (au fond, le Langisjór)

22-125



 
 

Que dire, si ce n’est la magnificence du lieu ? Quelque soit l’endroit où le regard se pose, tout n’est que beauté et silence.

 

Lac Lambavatn et au fond, le Langisjór.J   

                                                                                                                       

22-126 

                                  Le lac Lambavatn, au fond le lac Kambavatn et au lointain les cratères de Kambar

22-128

22-130 22-131

22-132 22-134
Il ne devait pas faire bon de se trouver à cet endroit lorsque tous ces cratères se sont formés.

22-127

22-133

Il y a bien longtemps que les Ecossais sont redescendus. Philippe monte explorer un peu plus haut, mais je ne traîne pas trop, ne voulant pas faire attendre le groupe.

Je redescends « les doigts dans le nez ». Même pas essoufflée. Nous attendons bien longtemps Philippe et Emile assis au soleil.

  Nous repartons

22-136 22-137

22-138 22-141

et nous arrêtons sur une aire de pique-nique. Trausti nous montre un superbe livre sur l’éruption de l’Eyjafjallajökull.

 

22-142 22-142-2

22-117-1 22-117-2

En avant pour le lac Tjarnargigur.

22-143 22-144

22-145 22-146

22-148 22-149

 


 

22-150 22-152

Trausti nous laisse au bord du lac de cratère. Il nous retrouvera au parking situé à 3/4h de marche. 

22-153

22-156 22-157

22-159

22-158 22-162

22-160 22-165

22-161 22-163

22-164 22-166

22-169 22-167

22-168 22-171

22-170

22-172 22-173

22-174 22-175

22-184

22-176

Je ne mettrai que 45 mn pour effectuer la rando au fond du cratère, malgré les nombreux arrêts photo. Il faut dire que c’est presque tout plat.

22-177 

 

 

 

 

 

 Franchissement d'un gué

 

 

 

 

 

 22-183 

 

 

 

 

 

 

 

 Arrêt à une grotte de lave, ne contenant pas de glace.

 

 

 

 

 

Le paysage est toujours aussi sublime.

22-178 22-182

 

La Skaftá s’étire sur de nombreux kilomètres à perte de vue.

22-181

Trausti se gare sur le bas-côté pour croiser un collègue et "tailler une bavette". Ça penche dangeureusement.

22-185

Fagrifoss (belle cascade)

 22-187 22-188

 


 

Je ramasse de la cendre de l’éruption de 2011 du Grimsvötn, et hop, dans une boîte vide de skyr.

22-188-2.JPG 

Trausti nous laisse en haut du canyon de Fjaðrárgljúfur, nous le retrouvons au parking inférieur.

22-189 22-190

22-191 22-192

22-193 22-197

22-194   22-195

22-196   22-198

22-199

J'y croise Guillaume en balade (voir excursion Langisjór).

Nous nous quittons devant Hunkubakkar.  
Quelle belle journée.

Je repars en direction de Klaustur où j’immortalise les cascades de Rauðarfoss, Laxárfoss.

22-200 22-201

et une inconnue

22-203

A la station service, je retrouve Trausti, et Hanna. L'Islande est un village…

Arrêt à l’église.

22-204 22-205

Modèle à l'échelle exacte de l'église dans laquelle le révérend Jón Steingrimsson prêchait "le sermon de feu" le 20 juillet 1783 lors de l'éruption du Laki.

22-206

Systrafoss (cascade des soeurs)
22-207 22-209

 

Stjórnafoss

22-211

 

Le Grímsvötn a recouvert la Skaftá de cendres

 22-210 22-214

 

Avant de rentrer, je tourne sur la route 204 en direction de l'Hôtel Laki. Je crois me souvenir qu’il y avait un beau lac. La mémoire était bonne, c'est le lac Hæðargarðsvatn.

22-212

22-213

 

Alors que je lis mes courriels dans la salle à manger, la patronne Jóhanna, vient me voir et engage la conversation. Merci Google traduction !!! Quand je lui dis que c’est la 5ème fois que je suis hébergée chez elle, parce qu’on est bien à cet endroit, elle me demande si je veux voir des bébés renards qu’elle a recueilli lorsque son chien a zigouillé la mère.

Sa fille m’attend et m’emmène dans une remise où je découvre 4 renardeaux âgés de 5 semaines qui piaillent car c’est l’heure du repas. Ils sont adorables. J’en prends un dans mes bras et le caresse. Je ne sais pas si c’est l’odeur de lessive et d’adoucissant de mon polo tout propre, mais il se blotti contre moi et se calme. Maintenant, je sais ce que veut dire l’expression « Ça pue le renard ».

Les renardeaux se bousculent pour boire le lait. La jeune fille les essuie lorsqu’ils ont fini car ils y ont mis les pattes et ils sont trempés y compris sur le dos, les frères se grimpant les uns sur les autres pour être les premiers servis.

22-217 22-218L

22-219

 


 

Lorsqu’ils seront adultes, ils seront relâchés. Jóhanna me dit qu’Il n’y a pas de risque d’apprivoisement car la "sauvagerie" est dans leurs gênes. A voir comme il se blottissait contre moi, j’ai des doutes. Je prendrai des nouvelles dans quelques mois.

Il est 23h30, avant de regagner mon petit chalet,

22-215 22-216

je vais dire bonsoir au cheval.

22-220 

 

 

Repost 0
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 16:37

          Il fait un soleil de plomb, le ciel est bleu, un vrai temps à survoler le lac Langisjór et le Laki.

Départ à 9h25. Largement le temps d’arriver à l’aérodrome de Skaftafell. Je n’ai qu’un arrêt prévu : Núpsstaður.

Kirkjubæjarklaustur,

les collines Keldunúpur, Mörtunguheiði, Prestbakkaheið, Fell, Selfell, Fossheiði

23-101

Fossheiði, Fossnúpur, Þverárfjall, Orrusthhóll, et le glacierVatnajökull

23-102

 

 


 

Le Vatnajökull me fait un clin d’œil. Il est magnifique, tout de blanc vêtu, étincelant dans le soleil, se dégageant sur le ciel bleu.

23-103

Puis, ce sont les cascades de Hundafoss et les soeurs de Hóaratunga.

23-105 23-106

Deux belles inconnues

23-107 23-108

Foss á Siðu scintille.

 23-111  23-110


Vallée fertile

23-112 23-114

Pourquoi ne pas s’arrêter aussi à Dverghamrar (rocher des nains)

23-115 23-116

Je n’ai parcouru que 20 km en 1h15. Il va falloir que je m’active.
Plus d’arrêt.

La cascade de Fossálar m’appelle, comment lui résister ?

23-117-Fossálar

 


 

Je suis tellement concentrée, que j’oublie Núpsstaður, je ne saurai pas si la vieille voiture est toujours là.

Hvannadalshnúkur

23-118

De courageuses FLEURS se fraient un passage dans la caillasse.

23-125-2 23-126

J’ai le temps, de photographier « la sterne » et j’arrive à l’aérodrome à 10h43.

23-119 23-120

23-121

 

23-122 23-123

Ouf, dans les temps.

Le pilote m’informe que le vol de 11h est repoussé à 12h.Pourtant, la réservation chez Extrem iceland était bien confirmée. 

C’était bien la peine que je me grouille. L.

Je vais faire un tour au parc de Skaftafell.

Langue glaciaire de Skaftafellsjökull

23-128

23-129

A mon retour, sur le tableau, le 12h s’est transformé en 12h15…L

12h30, personne ne bouge.

Un autre candidat au tour N°1 attend également.

12h45, je m’inquiète et le pilote m’informe qu’il faut 4 personnes afin que l’avion décolle. Ce n’était écrit nulle part. Il nous propose un autre vol, mais nous voulons Langisjór.
Alors commence une longue attente.
15h10, le téléphone sonne et enfin une réservation est enregistrée pour 15h30. Pas pour le tour N°1, mais pour celui qui survole Grimsvötn, le Laki et Langisjór. Tant pis pour Landmannalaugar, si nous refusons, nous pouvons attendre jusqu’à demain. A l’instant où nous montons dans l’avion, surviennent 3 motards Allemands.

 


 

Le pilote est content, l’avion est plein.

Pas de mot pour décrire ce fabuleux paysage, mais des photos par dizaines.

Je ne vois qu’une seule chose : je vole au-dessus des mythiques Vatnajökull et Grímsvötn !

Je ne suis qu’un moucheron au-dessus de pentes vertigineuses qui glissent jusque dans des lacs profonds creusés par des glaciers, des lacs aux couleurs de pierres précieuses, "mon" Langisjór.

Je suis coincée entre ciel et neige, au cœur d’un paysage extraordinaire !

 

23-129-2

23-130 23-131

23-132  23-133

23-135 23-136

23-137 23-138

23-139 23-140

23-141 23-142

23-146 23-147

23-148 23-149

23-151 23-152

23-153 23-208

23-156 23-158

23-159 23-160

23-162 23-163

23-164 23-165

23-166 23-167

23-168 

 

"Mon lac Langisjór" revêtu de sa parure bleue de cobalt.

23-172

23-169

23-17023-171

23-173 23-174

23-175 23-176

23-177 23-178

23-180 23-183

23-181 23-182

Adieu, merveilleux lac 

23-179

Le Lakagígar (prononcer Lakaguigar)

23-184 23-186

23-187 23-188

23-189 23-190

                                                  Les lacs Lambavatn et Kambavatn 

23-191 23-192

23-192 23-193

23-194 23-195

23-196 23-197

 

23-198 23-199

23-201 23-204

23-202

23-203

23-204

23-205 

Le lac Tjarnargigur où nous avons randonné l'avant veille

23-185

 

Malheureusement le motard assis à côté de moi tient son appareil levé en permanence, même lorsqu’il efface les photos qui ne lui plaisent pas. L J’engrange quand même quelque belles images.

23-154  23-207

23-209 23-210

23-211 23-212

23-213 23-214

 

23-215 23-216

23-218 23-219

23-22023-221 23-222

23-223 23-224

23-225 23-226

23-227 23-228

23-231 

 

 

 

 

 

 

 Il fait un temps superbe.

 

 

 

 

 

Il me faut vite reprendre la route car je suis attendue ce soir à une vingtaine de kilomètres de Höfn et les occasions de m'arrêter ne vont pas manquer…

23-232 

 

 

 

 

 

  Plus j'avance, plus la température baisse.

 

 

 

 

 

 

Breiðárlón

23-237-fjal

 

23-233 23-234

23-236 23-239

23-238-fja 23-240 23-241

23-242 23-243

23-244 23-245

 23-246 23-247

 23-248 23-249

 


 

Je fais l'impasse sur le lac Fjalsárlón, faute de temps

Jökulsárlón

Il gèle "à pierre fendre" dans ce pays

 23-250-jok 23-269

23-251 23-252

23-253 23-254

                                                         Le bateau fantôme 

23-255 23-256

23-268-1 23-257

23-268-2

23-268-3

 


 

A Gerði, une écharpe de brume monte du marais de Breiðabólstaðarós

23-270 23-271

Eglise de Kálfafellsstaður

23-273 23-274

Nébulosité au-dessus du marais de Steinavötn

23-275 23-283

 23-279

23-276 

23-281 23-282-1

23-280 23-282-2

                                  Les moutons sont curieux et il faut être patient avec eux

23-277 23-278

Langue glaciaire de Skálafellsjökull.

23-284 

 Le Vatnajökull

23-285

23-286

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Skálafell

Ce menhir représente une ancienne rune viking c'est un mémorial dédié à Jón Eiríksson porte-étendard de la connaissance, de la compréhension et de la liberté, né à Skálafell en 1728

 

 

 

 

 Rivière Kolgríma

23-287

23-288

Le temps de laisser mes bagages à Hólmur et je file vers Höfn où se déroule la fête de la langoustine.

Route 986 en direction de Rauðaberg

 23-289 Route N°1

23-290 23-291

23-292 23-293

23-294 23-295

23-296

Höfn, je ne sais pas pourquoi, je n'aime pas cette ville. C'est la deuxième fois et je ressens toujours le même malaise.

Le port

 23-297 23-298

                                                                            il commence à faire bien froid avec cette humidité23-299 23-301

Le Skarðsfjörður se devine à peine

23-300

Je déguste une excellente soupe de langoustine au célèbre restaurant Humarhöfnin.

 La douce lumière nimbée de brume s’est transformée en un épais brouillard. Ce n’est pas maintenant que je vais prendre des photos.

 

Arrivée à Hólmur, un mouton est bloqué dans la barrière à moutons. Il a très peur lorsque je m’approche de lui. Que c’est lourd un mouton !!! J’arrive à le décoincer et il s’enfuit en bêlant. Il me dit merci ?

 

 

Repost 0
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 21:56

24-101

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  J'aurais tellement voulu voir ce renard autre part que cloué sur le chambranle d'une porte. L

 

 

 

 

 

 

 

Comme d’habitude, les voilages ne cachent rien de la « nuit » claire.

Comme hier soir, le brouillard envahi tout.

24-102

 

 

 

 

 

 

 

  Eglise de Brunnhóll

 

 

 

 

 

24-103 

 

 

 

 

  Langue glaciaire de Fláajökull

 

 

 

 

 Marais

24-104 24-105

24-107

24-106 

 

 

 

 

 

 

 Langue glaciaire Hoffellsjökull

 

 

 

 

 

24-109 

 

 

 

 

 

  Eglise de Bjarnarnes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 Je ne passerai pas par Höfn, tant pis pour le Hornafjörður.

Je déteste cette ville, je n’y reviendrai jamais.

Bifurcation en direction d’Egilstaðir.

24-108 

 

 

 

 

 

 

  Moutons curieux

 

 

 

 

 

24-110

 

 

 

 

 

 

  Skarðsfjörður

 

 

 

 

 

 

 

 

Le tunnel de Almannaskarðsgöng (1,3) km est annoncé. J’ai un peu la trouille car on n’y voit pas grand-chose. Heureusement qu’il n’y a aucune circulation.

24-111

  De l’autre côté, le soleil brille sur le Papafjördur mais ce sera de courte durée.

24-114 

 

 

 

 

 

 

  Pics de Vestrahorn

 

 

 

 

 

 

Un choc en découvrant ces massifs de rhyolite aux couleurs chaudes. J'ai surnommé cet endroit : jusqu'à la Jökulsá í Lóni : « Landmannalaugar les Bains ».

Au centre : la vallée de la Slaufrudalur.             A gauche : Bleikitindur, à droite : Skeggtindar (1029 m)

24-112 24-113

 

Avant Stafafell : le massif de Grákinnartindar avec Hvannadalur (la vallée qui part à droite), sur le versant nord de la vallée de la Jökulsá í Lóni.

24-117 24-119

 


 

Rhyolithes

24-118 24-115

 

24-116

Une chape de brouillard s'abat d'un seul coup.

Je ne verrai rien, ni Stafafell, ni le Lónsfjörður, ni le phare de Hvalnes.

Vingt-cinq minutes plus tard, l’Áltafjörður se prend pour la Méditerranée.

24-137-3

24-120 24-121

 


 

24-122 24-123

 

Je m’arrête à chaque aire de repos (et même entre) ; bien que des encoches aient été prévues tous les 500 mètres.

24-124 24-125

24-126

 


Quarante-cinq minutes plus tard, la brume envahit le Hamarsfjörður. C'est ça l'Islande…

24-127 24-128

Y’en a marre de ce pays, trois heures pour relier Höfn à Djúpivogur distants de 98 kms, trop d’arrêts photos.

Il ne me souvenait pas que les fjords de l’ouest fussent aussi merveilleux.

La nouvelle église de Djúpivogur : Djúpavogskirkja nýja

24-129

L'ancienne église de Djúpivogur : Djúpavogskirkja  gamla

24-130 24-131

24-132

Comme hier, la ville est ornée de fanions, mannequins… couleur orange en l'honneur de Hverfaskreytingar(hverfi : quartier et skreytingar : décorations).

C'est un concours de décorations où chaque quartier est orné de couleur différente en l'honneur des festivités de la fête nationale du 17 juin.

24-133 24-134

24-135 24-136

Eggin í Gleðivík : Allée de zéolithes taillées en forme d’œufs. Chacun des 34 oeufs représente une espèce d'oiseaux. Œuvre de Sigurður Guðmundsson

24-139-2 24-139

24-140 24-141

                              Le phare                                                               Le port

24-138- 24-142

Squelette de ???

24-137 

Langabúð (longue boutique)

24-14424-143 

Encore des arrêts pour photographier le Berurfjörður si bleu et sa ferme d’élevage de saumons.

24-146 24-145

24-148 24-147 

24-151 24-154

24-152 24-153 

Les cascades dévalent des monts Breiðitundur

24-149 24-150

24-156 

 

 

 

 

 

 

  Stöðvarfjörður, un drapeau français m'accueille

 

 

 

 

 

 Eglise

24-158 24-155

24-157 

 

 

 

 

 

 

  Le petit port

 

 

 

 

 

 

 

Une myriade de cascades déboulent des coteaux entre Stöðvarfjörður et Fáskrúðsfjörður

24-159 24-160

 

Le village Fáskrúðsfjörður accueillit des marins français venant pêcher sur les côtes islandaises au XIX° siècle et jusqu'en 1914.
Les noms des rues sont écrits en deux langues : français et islandais.

24-162 24-163

24-164

Entre 4000 et 5000 marins français venaient pêcher chaque hiver sur les bancs d'Islande.

L'hôpital français a été érigé en 1903 car à cette époque aucune infirmière ou médecin islandais ne comprenaient les malades qui parlaient français ou breton.

Cet hôpital est en cours de restauration en collaboration avec la ville de Gravelines (nord) dont un grand nombre de marins étaient originaires.

Je vois des ouvriers (un dimanche…), s’affairer à la restauration d’une maison. Avec mon plus bel islandais, je leur demande « spitali frakka » ? Je ne dois pas être loin de la prononciation car ils acquissent.

24-165 24-166

                           L'église                                                 Une demeure dominant le fjord

24-161 24-167

Chocolat chaud et tarte à la rhubarbe au café « les français en Islande » (Templarínn). Pas de bol, la serveuse parle islandais et allemand. L

Visite du musée dédié à la mémoire des milliers de marins français et belge venus pêcher.

24-167-2.jpg

On dit que les habitants de Fáskrúðsfjörður ressemblent plus aux Français qu’au reste de leurs compatriotes !...
Cinq mille pêcheurs venus de l’Hexagone pouvaient se retrouver dans la baie en même temps, avec qui les Islandais échangeaient nombre de marchandises : vin rouge ou cognac contre chaussettes, pulls ou tricots… Quarante-neuf d’entre eux, comptant parmi les 4 000 Français disparus à proximité des côtes islandaises, reposent dans le petit cimetière au bord de la mer.

 

 Des croix ont été érigées en 2005, par les habitants de Gravelines en souvenir de leurs ancêtres. disparus lors des campagnes de pêche 

24-168 

 

A une dizaine de kilomètres de Fáskrúðsfjörður, le tunnel de Fáskrúðfjarðargong (5,9 kms, rien ne m’aura été épargné) permet de s'affranchir du tour complet du Reyðarfjörður. Je m’engouffre, pour environ 6 minutes, dans ce long, très long boyau tout droit mal ou pas éclairé, ne voyant jamais la sortie.

Un œil sur la route, un œil sur le compteur, un œil dans le rétroviseur. S’il n’y a personne derrière moi, la circulation est intense en sens inverse.

Le tournant final laisse enfin place au jour. Je ne peux que penser au tunnel du Mont Blanc tristement célèbre.

24-169

Impasse sur Eskifjörður et Neskaupstaður, j’ai trop fait d’arrêts photos, et il me reste une foultitude de choses à voir avant « la nuit ».

Je me souvenais des myriades de cascades déboulant des Fagridalur, mais malheureusement (ou heureusement pour la moyenne…), aucune possibilité d’arrêt Lhormis à la sortie du tunnel.

 

24-171 24-170  

Ravitaillement au Netto d’Egilsstaðir (un comble, j’oublie le skyr …), puis direction mon hébergement de Eyjólfsstaðir. Bien sûr, arrêt photos au lac Lagarfljót que je longe.

24-176 24-177

Dépose des bagages et direction Hallormsstaður. Les bords de route sont envahis par les lupins et les échappées sur le lac me conduisent, encore, à des arrêts.

24-172 24-175

24-178 24-179

24-181 24-180

24-174  24-173

24-182 

 

 

 

 

 

 

  Aval de Hengifoss avant que la Hengifossá ne se jette dans le lac

 

 

 

 

 

Parking de la cascade Hengifoss, je m’habille chaudement lorsqu’une grosse averse s’abat sur moi.

Solution de repli : Kárahnjúkar et son barrage. Une folie à plus de 60 kms.

La route, bien goudronnée, enchaîne virages en épingle à cheveux et pentes à 10% et plus.

Le soleil revient. Dilemme : Kárahnjúkar où revenir à Hengifoss ?

Je continue.

24-186 

 

 

 

 

 

Le Snæfell

24-187

 

S’il y avait des radars, j’ai épuisé mon capital points. Comme je n’ai rencontré personne en plus de deux heures, j’ai roulé à 110 au milieu de la route. J’ai honte.

Je n’ai rien compris au fonctionnement du barrage

24-188 24-184

24-185 24-189

J'avoue que c'est une très belle réalisation. Dommage qu'il pleuve et que ça glisse tant.

24-190

24-191 

Quellebeauté que ces gorges de la Jökulsá á Brú. Rien que pour les découvrir, ça valait les 60 kms.

 

24-193

24-195

24-196

Haltes photos sur le Snæfell et les sommets enneigés du Vatnajökull

24-205 24-204

 


 

24-203

  

Il faut revenir et le brouillard commence à devenir compact.

Dans les derniers kms, là où la route descend « à fond la caisse » en tournicotant, je ne vois plus rien à deux mètres du capot.

24-206 24-207

24-209 24-210

24-208

Je suis épuisée, mais il me reste encore l’église de Valþjófsstaður et le manoir de Skriðuklaustur à voir avant de rentrer au bercail.

  Centre d'information sur le barrage

 24-197-1 24-197-2

  24-198-1    24-199-1

24-199-2 24-200

24-201-1 24-201-2

Ce train a-t'il servi pour acheminer les matériaux du barrage de Kárahnjúkar ?

24-212

24-211 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L'église de Valþjófsstaður (Valþjófsstaðarkirkja)

 

 

 

 

 

 Gunnarshús à Skriðuklaustur

 24-213 24-214

24-215 24-216

En 1939, le romancier Gunnar Gunnarsson s'établit en ces lieux et y fit bâtir cette demeure, très moderne pour l'époque. L'architecture de la maison est unique en son genre, construite en pierre de lave noires jointes par un mortier blanc et couverte d'herbe sur son toit. Gunnar l'a léguée à l'état islandais à condition qu'elle serve à des fins culturelles.

 

Il est plus de 23h lorsque je rejoins mon hébergement. L’avantage des nuits éternelles de juin. J Très grosse journée : 500 kms

 

 

 

 

 

Repost 0
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 12:03

          Départ 8h 30 après une bonne nuit passée grâce aux rideaux et au store.

25-101 

 

 

 

 

 

Premier arrêt après quelques kilomètres seulement.

 

 

 

 

 

 

 Le lac Lagarfljót est si calme que le reflet de la colline et du ciel méritent bien une petite photo.

25-102


Arrêt à la station N1, j’en reparlerai plus tard…

Direction Borgarfjörður eystri, plus communément appelé Bakkagerði.
La route goudronnée 94 cède sa place à une route gravillonnée.

 

Quelques beaux points de vue sur la rivière Selfljót.

25-103

L'un des plus grands artistes d'Islande, Jóhannes Sveinsson Kjarval (1885-1972) a séjourné ici, à Hvammur entre 1948 et 1968. La nature islandaise a été l'objet principal de ses œuvres.

25-104 25-105

25-106 25-107

Le panorama est certes très beau, mais j’ai vu mieux en Islande. On devient difficile.

Dès que j’attaque la montée des Dyrfjöll, je comprends ce que c’est que de conduire sur des routes de montagne engravillonnées. Les montées sont très abruptes, les descentes vertigineuses, mais les points de vue sont à couper le souffle. Je garde un œil sur la route, l’autre dans le rétro et le troisième sur le paysage.

25-108

 

25-109 

25-111 25-112

25-113 25-115 

 

25-116 25-114

Je ne sais pas à quel pourcentage sont les routes, et je ne veux pas le savoir, mais à Heimaey, nous avons gravi des pentes à 14% et c’était du « pipi de chat » par rapport à celles-là.

25-117

Pour un baptême, la citadine que je suis est gâtée

Les Ponts et chaussées ont eu la bonne idée de créer des zones d’arrêt.
Après une descente « à tout berzingue », j’arrive au niveau de la mer. Et non, ce n’est pas fini, encore quelques montées et descentes.

25-118 25-119

25-120 25-121

25-122 25-123

Les ryolithes multicolores et le bleu de la mer, quel paysage !!!

25-124

25-127 25-142

Bakkagerði se mérite....

Au fond du Borgafjörður le tout petit village de Merki

25-125 25-146

Enfin, Bakkagerði

25-133 25-134

25-135 25-136

25-137 

J’ai bien besoin d'un chocolat chaud accompagné d’une tarte à la rhubarbe, pris au café des Elfes (Álfacafe).

25-138 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout petit musée sur la pêche aux phoques dans l'Álfacafe

 

 

 

 

 

Justement, en face, se dresse l’Álfaborg (château des elfes). Les jeunes qui flânaient ici le soir croyaient que les elfes leur porteraient chance. On dit que la reine des elfes vit sur cette montagne.

25-141

Je crois être passée sans avoir attiré leur attention, mais l’avenir me détrompera.

La petite église est fermée et le dispensaire qui détient les clefs est lui aussi fermée. Dommage. J’aurais bien voulu admirer l’autel fait en jaspe des Dyrfjöll.

25-128-Bakkagerdi 25-129-Bakkagerdi

Le musée des minéraux est aussi fermé. La vie ne commence qu’à 13h ici. L

Lindarbakki, petite maison de poupée recouverte de tourbe, d'environ 30 M2 comprend un hall d'entrée, une chambre, une cuisine ainsi qu'une salle de bains. Un puits se trouve sous la maison, dans la cave. Cette cave, la partie la plus ancienne de la maison date de 1899 ; les menuiseries de 1934.

25-130 25-131

25-132

Les eiders ne sont pas au rendez-vous du côté du port.

25-143

Je commence à croire que les Elfes se sont intéressés à mon cas.

Bon, ce n’est pas tout, il va falloir se coltiner les 25 kms de route de montagne avant de retrouver "l’autoroute".

25-144 25-145

25-147-1

25-147-2

Suis-je habituée ? Je trouve que le retour est beaucoup plus facile que l’aller.

Bifurcation vers la 944 où je suis la rive du Lagarfljót.
Un barrage, Lagarfosstöð, crée une puissante cascade

25-148

L'eau laiteuse de la centrale hydro-électrique s'engouffre entre les roches.

 

25-149 25-150

25-151 25-153

 

25-152

Virage à droite pour prendre la 925 où je découvre la charmante petite église de Kirkjubæjarkirkja.

25-154-Kirkjubæjarkirkja 25-155-kirkjubæjarkikja

Lac Kirkjubær

25-156

 

Jökla (Jökulsá á Dal)

25-157 25-158

 

A droite, la 926 (21 kms de mauvais gravillons) me conduira à Húsey, havre de paix, mérité.

J’en ai bouffé du caillou aujourd’hui… du gris, de l'ocre, du rouge.

Ici, l’on entend que les labbes, les sternes, le vent, et l’on voit des chevaux qui gambadent dans les prés jaunis par les pissenlits et les boutons d’or.

25-165 25-164

25-167 25-170

25-171 25-172

Une brebis saute dans le coffre de la voiture et dévore mes biscuits au chocolat.

25-166 25-166-2.JPG

Un bébé phoque orphelin recueilli par les hôtes se fait dorer au soleil.

25-159 25-160

 

25-163 25-161

25-162

 

Le fermier se sert ce cette vénérable Land Rover pour transporter les sacs de grains et le fourrage.

25-174 25-175

Lorsque je veux regrouper mes tickets divers et variés, je m’aperçois que je n’ai plus ma pochette contenant mes deux cartes bancaires. Panique à bord. Qu’ai-je fait ce matin ? J’ai payé l’hôtel, l’essence. Bon Dieu, mais c’est bien sur, j’ai oublié la pochette sur la pompe. Branle-bas de combat, je file chez mes hôtes avec mon ordi. J’écris en français avec la traduction en anglais. Le fils qui parle anglais et islandais traduit à son grand-père qui ne parle qu’islandais, puis à sa mère qui parle allemand et islandais. Heureusement qu’une amie de la famille parlant français, allemand et un peu islandais arrive.

Il lui suffit de téléphoner à la station N1 qui l’informe que les cartes ont été déposées à la banque islandsbankki située en face.
Le temps d’appeler la banque, et me voila rassurée. Je vous l’avais dit, les Elfes se sont penchés sur moi. 
J

La fin de journée est douce et calme. Je profite de ces quelques heures de repos pour musarder ou bouquiner sur le banc, dos au soleil.

 

Repost 0
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 11:55

          Soleil de minuit


Minuit tapantes

Il est encore très haut sur l’horizon.

Le soleil est positionné à 20 ° NE

26-101

Dommage que le brouillard et la montagne me cachent le spectacle.
26-102
 26-103

26-104 26-104-2

Il y aura donc toujours un obstacle afin que le voie vraiment se coucher ?

Trois heures dix-sept.

La course du soleil s'est inversée, il est déjà haut sur l’horizon, positionné à 40° NE

.
26-105
.Si j’en crois ma boussole, il se lèverait et se coucherait au NE.
Mais comment croire une boussole qui semble avoir perdu le nord ?

A sept heures le soleil poursuit sa course.

Le nord est maintenant 20° plus à droite qu’à minuit.
Il se coucherait donc plein nord ????

26-106 26-107

26-108 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8h, c'est une heure raisonnable pour se rendre à la salle à manger.

 

 

 

 

 

 

Madame Simona prend son petit-déjeuner avec moi et m’apprends plein de choses fort intéressantes.
Le lait que je bois est du vrai lait de vache, mais il est écrémé car le petit phoque, âgé de quatre semaines, est nourri avec la crème titrant à 44%. Dans quelques jours, sera ajouté de l’huile de foie de morue, plus de petits morceaux de hareng.
Lorsqu’il sera adulte, il sera bagué puis relâché.

Le matin, les moutons préfèrent gambader sur les routes car leurs petites papattes n’aiment pas l’herbe mouillée.

Dans la véranda poussent des concombres et un prunier.

Le pain d’épices maison est un régal. Il va falloir que Mme Simona m'en confie la recette.

26-109 

 

 

 

 

 

 

Quelques cygnes se promènent sur les marais de la Jökla.

 

 

 

 

26-111 

 

 

 

 

On raconte que le pont de Bruárás est hanté par un monstre à l'affût des voyageurs.

Les gorges de Brúarháls

 

 

 

   26-110

 

 

 

 

 

 Jökla (Jökulsá á Dal) est presque à sec à certains endroits.

 

 

 

 

 

 

   

 

 Les cartes bancaires récupérées et le skyr acheté, je peux, enfin, quitter Egilsstaðir à 11h20.

Il va falloir rattraper le temps perdu si je veux arriver chez mes hôtes à une heure raisonnable.

26-112 

 

 

 

 

 

 

 Cascade sur la N1 face à Hofteigur

 

 

 

 

 

 

Grêle et brouillard depuis Blóðkelda. C’est un coup des revenants. J

Le canyon de la Jökulsá est impressionnant, mais ce n’est pas le moment de s’arrêter avec tout ce qu’il tombe.

A partir du col de Norðurdalur, grand soleil.

Rte 85, la Hofsá s’étire en larges méandres qui suivent les courbes de la route, à moins que ce ne soit le contraire.

 

26-113

Traversée du désert de Vesturárdalur

Le lac Níplón est d’un bleu intense.

26-114

La rte 85 est maintenant totalement goudronnée, mais plus aucune indication du nom des fermes. Pas pratique pour se repérer.

26-115-Vopnafjordur- 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Eglise Vopnafjörður (Vopnajarðarkirkja)

 

 

 

 

 

 

 

 Prise de sang. Malgré la carte internationale, je paie mais je serai (à peine) remboursée en rentrant en France. C’est peut-être le prix du billet d’avion ? Mon sang, au lieu de rester bien tranquillement dans son labo de banlieue est parti par les airs à Akureyri.

26-120 

 

 

 

 

 

 

Pique-nique dans les lupins.

 

 

 

 

 

 

  Au-delà du Níplón, le Nípsfjördur, sous-fjord du Vopnafjörður.

26-116 26-117

26-118 26-119

Selárfoss sur la Selá

 26-121 

 


 

J’accède à la piscine de Selárdaslaug par une route maintenant goudronnée.

26-122

Lac et langue glaciaire de Bæjartjarnir

26-124 26-123
Arrivée en vue de Bakkafjörður, le Bakkafloí est d'un bleu méditerranéen.

26-125  

26-127 26-126

Le port

26-129 26-128

 

Eglise de Skeggjastaðir

26-133-1

26-133-2 26-130-Skeggjastadir

Bakkaflói devant Skeggjastaðir  

26-131 

Gunnóllfsvík dans la brume

26-134 26-132.JPG

26-135

Eglise de Þórshöfn

26-139-Þorshofn 26-140-Þorshofn

Le port

26-136

 

Le Lónafjörður scintille de myriades de petites étoiles

 26-137


Eglise de Sauðanes et presbytère

26-141

26-142 26-145

26-143-Saudanes 26-144-Saudanes

Lac de Sauðanes

26-146

 

La péninsule (oubliée) de Langanes , déserte, le silence troublé de temps à autre par les cris des sternes, des courlis et le bêlement des moutons.

 

Lieu de nidification des eiders à Hlið, fin de la route pour les voitures non 4X4.
26-147

Þistilfjörður

26-148

Les grandes étendues sauvages me fascinent.

26-149 26-150

26-151

26-152 

 

 

 

 

 

 

  Bois flottés sur les rives du  Þistilfjörður

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les moutons me tiennent compagnie lors du pique-nique

26-154 26-155

 

par contre, il est difficile d'approcher eiders et canards

26-156 26-158

26-153

Þórshöfn, la ville où les hommes ont gardé leur âme d’enfant.
26-159 26-161

26-162 26-163

26-171 26-172

26-173

26-167 26-166

 

26-165 26-168

26-169 26-170

 26-174

                                                              Que j'aime cette Islande

26-175

26-176

Retour à la maison d’hôtes de Ytra Áland.

26-177

 

Sublime soleil de minuit

 26-178.JPG

 

 

Repost 0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 23:25

 

          La nuit a été très reposante. Même si le réveil a sonné à minuit, une heure et deux heures pour la photo du « soleil de minuit ».

                                                                                          Minuit27-101 

                                   1 heure                                                                               Deux heures

 

27-102 27-103-1

 

Les stores et les doubles-rideaux sont bien utiles.
De délicieuses crêpes sont venues compléter le petit-déjeuner habituel.

 

Le Þistilfjörður a perdu sa belle couleur bleue ; il est couleur mercure liquide. Le vent souffle très fort, ce qui renforce la sensation de froid.

27-103-2

Tout autour, la plaine s’étend à l’infini.

27-104

 

Péninsule de Melrakkaslétta (la plaine aux renards)

 

Dans le petit village portuaire de Raufarhöfn, pas âme qui vive. Je suis étonnée par les « grands immeubles » de trois étages. J’apprendrai plus tard que ce village était très peuplé du temps où l’usine de traitement de poisson tournait à plein régime.

Raufarhöfn est le village dont les nuits hivernales sont les plus brillantes et les plus sombres d'Islande.

C'est aussi le plus septentrional d’Islande et d'Europe, comme ces trois monuments l'indiquent.

27-113  27-114

Le teckel ou le phoque, je n’arrive pas à me décider.

27-105 27-106

L’église.

27-108  27-107

27-110

Le phare.

27-111  27-112

Le port

27-109

J'ai beau m'arrêter fréquemment et rouler très doucement, je ne vois aucun renard.

 

A quelques encablures de la ferme d'Ámundarstaðir, il y a canards et eiders dans l'eau,

27-115 27-116

27-124

et de drôles de personnages dans les champs.

27-117

27-118 27-119

27-120 

Hraunhafnartangi est le phare le plus septentrional d'Islande

27-122

 

Après avoir circulé sur une route « très volante » et m’être fait attaquer par des sternes belliqueuses lorsque je refermais la barrière à moutons, j’arrive à la ferme de Núpskatla.

27-125
Il faut marcher sur la grande digue composée de gros cailloux, sans se casser la margoulette. Puis, un petit sentier conduit aux rochers abritant des colonies d’oiseaux.

Du bois flotté attend d'être exploité.

27-126
Sternes, mouettes, macareux et fous de Bassan. Ça piaille de tous côtés, c’est un ballet incessant entre les rochers et l’eau.

27-127 27-139

Dommage que les oiseaux nichent aussi loin, mais ils sont plus tranquilles.

27-130

 Fous de Bassan

27-132 27-131

27-133 27-134

 27-135 27-138

27-136  27-137

 

Rauðinúpur est une falaise de 73m de haut situé sur la pointe la plus occidentale de Melrakkaslétta et un repère bien connu des marins.

27-140

Rauðinúpur est soupçonné d'avoir été formé lors d'une éruption à la fin de l'ère glaciaire. Sa couleur rouge est due à des scories volcaniques.

27-148  27-129

 


 

27-147

Les deux piliers rocheux de même hauteur en face de Rauðinúpur sont appelé Sölvanöf et Karlinn ou Rochers de Karl.

27-142 27-143

27-128  27-141

27-144 27-145

27-146

 

Pendant que je contemplais tout ce petit monde ailé, un gros Caterpillar traçait une « route plus marchante », enfin, moins casse-gueule.

27-149

 


 

chevalier gambette 

27-150

Öxarfjörður, vers Leirhöfn

27-153 27-152

 Hraunhafnartangi sous un autre angle

27-154 27-151

 

Kópasker, le petit musée du folklore islandais du XIX° et XX° siècle recèle de très beaux objets.27-163 27-162

 27-164

 

Costumes des différentes réfions

27-159  27-161

27-158 27-160

 

Le musée des tremblements de terre : Jarðskálftasetrið, rue Akugerdi, est très intéressant, bien que je ne comprenne pas la moitié des choses.

27-155
Ici aussi, les "épouvantails" ornent les champs

27-156 27-157

L’église Snartarstaðakirkja

27-166-1  27-165

    Bois flottés sur les rives de l’Öxarfjörður                                Retour des lupins

 27-167 27-168

                     Sandáfoss                                           L'Öxarfjörður met son costume vert

27-170 27-169

Rivière Brúná et son drôle de pont piéton permettant l'accès à l'Öxarfjörður

27-171 27-173

27-172

Monts Sandfell et Skálafjall

27-174

27-175 27-176

La Sandá

27-177

Je m’installe à Lundur (lundur@dettifoss.is) Je n’ai pas très bien compris de quelle école il s’agissait.

Ce panneau indique qu'il faut arrêter le moteur et se trouve sur les écoles maternelles, mais ici, les lits sont de taille adulte, par contre, il y a beaucoup d'équipements pour handicapés.

27-177-3

Ce panneau indique un centre de secours.

27-177-2

Je suis logée dans une chambre de professeur.
Un car de Français du troisième âge débarque et quelle ne fut pas leur surprise de se voir attribuer des dortoirs d’enfants de dix, alors qu’ils croyaient être dans des dortoirs de quatre.

Pas de douche dans leur bâtiment, il faut parcourir 300 mètres de sentier, traverser la route et la douche est à la piscine… Les gamins ne doivent pas se doucher tous les jours…

Tout ce petit monde fait un bruit épouvantable.
Depuis deux jours, je n’ai vu personne sur les routes, alors voir autant de monde d’un seul coup…

L’église de Skinnastaður.

27-179 27-178

J’avais projeté de me rendre au rocher d’Hljóðaklettar et à Hólmatungur, mais la F862 qui y mène est interdite à mon petit véhicule.

La station de lavage d’Ásbyrgi est dépourvue de tuyaux, pourtant, la voiture aurait eu besoin d’une bonne douche. Des centaines de kilomètres de cailloux entre hier et aujourd’hui, sans compter les centaines d'autres les deux jours précédents, ça salit l’intérieur et l’extérieur !!!
Je finis ma soirée à Ásbyrgi, les sous-bois sont déserts à cette heure tardive (22h).

27-180 27-181

27-182 27-183

27-184

27-185 

 

 

 

 

 

 

  Pont sur la Jökulsá á Fjöllum.

 

 

 

 

 

27-186

 

 

 

 

 

 

  Cabane contenant les enregistreurs de niveau d'eau. Les données sont diffusées en temps presque réel sur le site de la météo. Elles indiquent : hauteur d'eau, débit, température, conductivité, température de l'air.

 

 

 

 

 

27-187

 

 

 

 

 

 

 

 

   J'avoue, j'ai fait des infidélités au skyr, mais que c'est bon.

Repost 0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 11:58

          Le moral est comme le temps : gris

Il a plu toute la nuit, au moins ça aura dépoussiéré, un peu, la voiture.
Je viens de me rendre compte que déjà les 2/3 du séjour sont passé. 
L

Traversée de la plaine de Kelduhverfi constituée de dépôts fluvio-glaciaires correspond au point septentrional du rift de la dorsale qui sépare la plaque américaine de la plaque eurasienne (la suite de Þingvellir).

28-101

28-102 

 

 

 

 

 

 Pont franchissant le Lónslón

 

 

 

 

 

 

 

Arrêt à Lón, dans la baie de Lónsós ; comme en 2005, le temps est bouché et je ne peux profiter du spectacle sur l’autre côté de l’Öxarfjörður.

28-103 28-104

 

28-105

Les oiseaux nichent dans les anfractuosités des falaises de Hringsbjarg.

28-109 28-110

28-111

Hallbjarnarstðakambur falaises à fossiles constituées de couches successives de coquillages fossilisés et du lignite. Les plus anciennes couches remontent à environ deux millions d'années.

28-106 28-107

28-112 28-113

28-114-2 

 

 

 

 

  Au fond, loin devant, de l’autre côté du fjörður, les monts Víkharfjöll

28-114-1

Ce gros caillou dans la mer : Tungulending serait un morceau du Groenland.

28-115 28-117

28-116 

 

 

 

 

 

 

Le lagopède me nargue.

 

 

 

 

 

 

Húsavík a été fondée aux environs de 860. Un suédois, Garðar Svavarsson, cherchant à se rendre aux Hébrides (au large de l'Écosse) est dérouté par une tempête, et débarque en Islande. Il hiverne au nord, à l'emplacement du futur Húsavík, et donne son nom au lieu : Garðarshólmr (îlot de Garðarr). La région de Húsavík sera la deuxième à être colonisée, après les alentours de Reykjavík.

Les pêcheurs de Húsavík n’ont jamais chassé la baleine. Pourtant, aujourd’hui, ce port est le premier centre européen pour l’observation des baleines.

 

Le musée consacré aux arts populaires, à la mer et à l'histoire naturelle (Safnahúsið á Húsavík) mérite que l'on s'y attarde.

28-118 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Phoque à capuchon (cystophora cristata) 2.70 m 350kg

 

 

 

 

 

 

 

  

28-119 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Costume de Fjallkonan (dame de la montagne)

 

 

 

 

 

 

 

 

Ours polaire, 2.50m d'envergure, 370 kg, tué en 1969 à Grímsey

28-120 28-121

Húsavíkurkirja est différente des autres églises d'Islande. C'est la seule à être construite en forme de croix. 

28-123    28-124

                                                                                                  Bancs chauffants pour les hivers rigoureux

28-122 07-hus2

 

07-hus4   07-hus3

La ville s’est énormément développée depuis mon passage en 2005.

28-126 28-127-2

28-127-3

28-125 28-127-4

La voiture a droit à une grande toilette durant environ une heure. J’ai tout simplement oublié que la route 87 n’est pas goudronnée entre Geitafell et les abords de Reykjahlið.

Tout sera à refaire. L

 

Je ne comprends toujours pas pourquoi dans ce joli petit lac fumant, situé au sud de Húsavík, l’eau est toujours froide.

28-128 28-129

Dommage qu'il soit trop tôt pour déjeuner, c'était un havre de paix et de sérénité au milieu des lupins et des bartsies.

28-130 28-132

28-133 28-131

Hveravellir route 87, ne pas confondre avec celle située sur la Fjölur ; de la géothermie, des serres où poussent les concombres, tomates et poivrons que nous dégustons tous les matins au petit-déjeuner.

28-140 28-139

28-134 28-135

 

28-136 28-137

28-138 

 


 

Je me perds un peu en voulant aller voir de vieilles maisons en tourbe et me retrouve sur la 856 qui longe la Laxárdalur.
Désertique, étrange.

28-141 28-144

28-146 28-145

Cascade sur la Laxá servant à alimenter l'usine hydro-électrique Laxárstöðvar.

  28-142 28-143

 Le lac Mývatn 

28-147 28-148

28-149 28-150

28-151

Arrivée à Mývatn, les « mý », moucherons y sont déjà et n’ont pas perdu leur sale habitude de s’introduire dans tous les orifices.

28-152-Reykjahlið 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Comme toutes les autres, l’église de Reykjahlið est fermée, c’est dommage car j'aurais voulu voir la décoration intérieure qui, soi-disant, mérite le détour.

 

 

 

 

 

 

Montée à Nàmafjall,

28-153 28-154

28-155 28-156

28-157

puis enfumage et gargouillements à Námaskarð.

 28-159 28-158

Le site géothermique s’est agrandi et les évents sont plus puissants et plus nombreux.

28-164 28-166  

  


  

                                                                                    

                                                                    En apnée au cœur des vapeurs pestilentielles de soufre

28-167 28-163

 


 Les mares de boue grise bouillonnante glougloutent au son des "bop bop".  

28-160 28-165

 


 

28-161 28-168



 

28-181 28-182

 


 

28-184 28-185


 

28-186 28-187

 

Colline, constituée de dépôts de soufre et de sublimés jaunes, verts, blancs ou roses anciennement exploitée pour le roi du Danemark.

28-171 28-172

28-169 28-170

28-173 28-178

 28-174   28-175

28-176

28-179 28-180

28-188

 La centrale de Kröflustöð a été ouverte en 1978 pour exploiter l'énergie géothermique de la zone volcanique du Krafla.  Elle dispose de deux turbines et de forages souterrains qui utilisent la vapeur pour produire de l'électricité.

 

28-193 28-189

28-190 

Le maillage en toile d'araignée des tuyaux alimentant Akureyri et les environs.

Souvent partiellement détruite lors des séismes, toujours reconstruite.

28-191 28-192

28-200 28-201

28-202 28-203

28-204 28-205

Montée au cratère Víti, sans neige, mais toujours bleu intense.

28-197 28-198

28-199

En redescendant vers le lac Mývatn

28-195 28-194

28-196 

La centrale de Bjarnaflagsstöð

28-206

Que de monde rencontré aujourd'hui ;  j’étais habituée à ne croiser personne, ça m’a un peu fatiguée toute cette agitation.

 

Dimmuborgir (les châteaux sombres)

Ces formations sont dues  à l'érosion d'un lac de lave situé à l'origine sur des terrains humides. Les échappements de vapeur d'eau du terrain ont refroidi la lave lors de leur remontée dans le lac, provoquant des formations en colonnes. Ces colonnes étant moins sensibles à l'érosion que la lave environnante ont émergé au cours du temps donnant lieu à d'étranges créatures.

 28-207 28-208

28-209 28-210

28-211 09-Dimmu1

C'est ici que vivent les lutins de Noël

28-212-1

28-212-2  28-212-3

Qui sont-ils

 

Ici, à Dimmuborgir vivent les lutins de Noël.

Ce sont les 13 fils de Grýla et Leppalúði, trolls vicieux qui vivent dans une grande caverne dans Ludentarborgir.

 

Les frères ont tous de drôles de noms qui font souvent référence à leurs préférences pour la nourriture ou de l'intérêt.

Pour nommer quelques-uns il ya le lécheur de cuillère, le Chipeur de saucisse, le goinfre de Skyr et le claqueur de portes qui aime à réveiller les gens en claquant très fort les portes.

En été, on voit rarement les lutins de Noël car ils profitent de cette saison pour se reposer et dorment dans leurs cavernes, mais dès que l'hiver arrive, ils se réveillent et commencent à se préparer pour Noël.

Le meilleur moment pour les rencontrer, ici dans Dimmuborgir, est au cours du mois de décembre lorsque sont en train de se préparer pour Noël.

La meilleure façon de les trouver est de marcher sur le chemin de Hallarflot et de crier bruyamment "Jolasveinn".

Pour plus d'information sur les lutins de Noël, consulter : www.visitmyvatn.is

 

Les pseudo-cratères de Skútustaðir qui ont été créés par des explosions de vapeur lorsque la lave en fusion coulait sur les terres humides.

28-213 28-214

28-217

L’église de Skútustaðir

28-218-Skútustaðir  28-219-Skútustaðir

28-215

 

La Laxá et ses méandres.

28-220 28-221

28-222 

 

 

 

 

 

 

  Ma chambre à Stöng

Repost 0
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 19:15

          Comme j’ai visité hier une grande partie de ce que j'avais programmé pour aujourd’hui, je musarde un peu ce matin.

Eglise de Einarsstaðir

29-101-Einarsstadir 29-104-Einarsstadir

29-102- Einarsstadir 29-103-Einarsstadir

 

29-105 

 

 

 

 

 

 

  Cascade de Lækjarvellir (route 842)

 

 

 

 

 

  

A la croisée des routes 842 et 844, un panneau indique que la Sprengisandur (F26) est fermée.
Avec un peu de chance, elle sera ouverte jusqu’à Aldeyjarfoss.

J’ai bien fait d’essayer.
Cette F26 est bien gentille par rapport à d’autres routes « non F ».

Après quelques kilomètres, je m'arrête devant la chaîne qui obstrue la F26

Je commence à descendre le petit sentier qui mène à la cascade mais je suis obligée de rebrousser chemin à mi-parcours. Il a tellement plu que le sol est détrempé et terriblement glissant. Je fais trois pas et trébuche deux fois. Ce n’est pas le moment de se casser quelque chose, il n’y a absolument personne et je n’ai pas le droit d’être là avec ce genre de voiture.

Même de loin, Aldeyjarfoss est très puissante et je peux voir les orgues basaltiques et entendre le fracas de la rivière Skjálfandafljót qui choit de 10 mètres puis s'écoule tranquillement.

29-110 29-111

 


   

                                             Fljótsheiði et Skjálfandafljót

 29-106 29-107

 29-108 29-109

29-112 29-114

29-113 

Eglise de Þorgeirskirkja (église de Þorgeir)

 29-118 29-119

29-115 29-116

29-117 

 

 

 

 

  Sur le site s'élevait la ferme de Þorgeir Þorkelsson à qui l'on doit l'avènement de la foi chrétienne. Après avoir dit, en 999, lors de l'Alþing "Ayons une seule loi et une seule foi, car si nous rompons la loi, nous romprons la paix", il jeta toutes les effigies des anciens dieux dans la cascade de Goðafoss (la chute des dieux) .

 

 

 Quelques centaines de mètres plus loin, l’église de Ljósavatnkirkja.

 29-120 29-121

Je bifurque vers la route 85 où est annoncé un musée des vieilles voitures.
29-122-2 

 

 

 

 

 

A cette heure ci, il aurait dû être ouvert, mais personne. Un livreur frappe à toutes les portes, mais en vain.

 

 

 

 

 

 

29-122-1 29-123

29-125 29-124

29-126 

 

 

 

 

 

 

 La cascade de Ystafell

 

 

 

 

 

Pique-nique devant le lac Ljósavatn (le lac clair)

29-127 29-128

Visite de la ferme de Laufás.

L'église évangélique a été construite en 1865. 

Sur la façade est se trouve l'un des plus anciens sorbiers d'Islande qui a été planté en 1855.

29-134  29-135

29-132 29-132-2-Laufas

29-130  29-129

29-131 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La chaire date de 1698

 

 

 

 

 

 

 

 

Le hameau a été édifié au milieu du XIX° siècle pour servir de dépendance paroissiale. Il est désormais propriété de l'état. La partie la plus ancienne date de 1840.
Le hameau a été agrandi en 1866 et 1870. Il est conservé dans son style original typiquement islandais.
Entre 20 à 30 personnes y résidaient. De part sa grande taille, il nécessitait une abondante main-d'œuvre. La pêche et le ramassage des plumes d'eider procuraient à la paroisse un revenu supplémentaire.

Le dernier pasteur a déménagé en 1936.

29-139 29-167

29-168 29-169

29-170 29-171

29-173 29-172

                                                            La dame à l'eider

29-175

29-140 29-141

29-142 29-144

29-143  29-145

29-148 29-146

29-147 

29-149  29-150

29-151 29-152

29-153 29-154

29-155 29-163

 

29-160  29-161

 

29-158 29-164

Main faite en os servant à rouler une petite pelote de laine

29-162 29-156

29-157 29-159

29-164

 

29-165  29-166

                                                                   Eyjafjörður

29-177                                                       

                                                        Entre Laufás et Grenivík (route 83)
 29-176 29-178-1

                                                        L’église de Grenivík

29-178-3-Grenivik 29-178-3

                                                                      Le port

29-183 29-181

29-179 

 

 

 

 

 

Surtout ne pas se laisser piéger par le musée de la pêche (entrée 500 ISK) où deux têtes de poissons voisinent avec quatre outils et un filet de pêche.                                                                  

 

 

 

 

 29-180 

 

 

 

 

 

 

 

Eyafjörður

 

 

 

 

 

  

Je décide de renter par la route gravillonnée 835.
C'est un sacré raccourci pour revenir sur la N1 et shunter la partie de route que je déteste. Des montées et descentes où les Akureyringar pressés de se rendre pour le week-end dans leur sumarhús, bateaux sur le toit, me collent aux fesses, me doublent comme des cinglés, car, comme le préconisent les panneau, je ne dépasse pas le 90.  

 

Cette 835 est une merveille.

Je surplombe les gorges de la rivière Fnjoská, puis celle-ci s’étire en larges méandres où viennent boire les moutons qui se mirent dans l’onde claire. L’autre berge est entièrement boisée. 

 

29-184 29-185

29-186 29-187

 


  Des myriades de linaigrettes envahissent les abords. C’est très bucolique.

29-188 29-189 

29-190 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Une belle inconnue

 

 

 

 

 

 

  

Goðafoss est pour moi toute seule !!!, les touristes sont rentrés chez eux. Ce matin, à 9h15, il y avait six autocars déversant leurs trois cents passagers. Et ça grouillait dans tous les sens, traversant sans se soucier des véhicules.

 

Les chutes jouèrent un rôle majeur dans l'histoire islandaise. En 999, lors de l'Alþing, le lögsögumaður (celui qui dit la loi), Þorgeir fut contraint de prendre une décision au sujet de la religion islandaise divisée en deux camps, le chrétien et le païen. Il déclara le pays chrétien et dit : "Ayons une seule loi et une seule foi, car si nous rompons la loi, nous rompons la paix". En rentrant chez lui, vers le lac Ljósavatn, en passant devant la cascade, il jeta les sculptures païennes des dieux nordiques. C'est de là que Goðafoss tire son nom (cascade des dieux)

29-191-1

J’y accède par la rive gauche, côté que je ne connaissais pas. Quel vacarme, quelle puissance.

29-191-2 29-192

 

29-193 


 

29-194 29-195

29-196 29-197

29-198 

 

 

 

 

 

Partie de cache-cache avec le courlis

  

 

 

 

 

 

 

Détour par l’église de Lundarbrekkukirkja sur la 842 avant de traverser le pont pour rejoindre mon hébergement de Kiðagill.

29-202 29-201

29-200  29-199-Lundarbrekkukirkja

 29-200-2

  Encore une infidélité au skyr...

29-203 29-204

Repost 0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 22:54

30-103

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

Église de Svalbarsðkirkja

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 30-101-svalbarðkirkja 30-102

 Fossbrekka

 


 

30-105 

 

 

 

 

 

Akureyri au bord de l'Eyjafjörður 30-104

 

 

Ce matin : tournée des églises de chaque côté du fjord au sud d’Akureyri. Église de Kaupangur route 829

 

 

30-106-kaupangur 30-107

 

Église de Munkaþverá 

 30-111  30-108

Le monastère fut fondé en 1155 à Þverá à l'instigation de l'évêque de Hólar, propriétaire du bien.

30-112 

 

 

 

 

 

 

 

 

  26 abbés se sont succédé durant 396 ans dont Jón Arason. Il deviendra plus tard le dernier évêque catholique de Hólar, et fut décapité à Skálholt sur ​​1550, ainsi que ses deux fils.

 

 

 

 

 

 

Une église fut construite ici peu de temps après l'an 1000, dans les premières années de la période chrétienne en Islande lorsque Einar Þveræingur vécu à la ferme. Elle est dédiée à la Vierge Marie. 30-113 

 

 

 

 

 

 

L'église actuelle a été édifiée en 1844. Le seul objet précieux de l'église est un retable sculpté en albâtre datant d'environ 1425.

 

 

 

 

 

 

Malheureusement, comme presque toutes les églises d'Islande, celle-ci est fermée.  

30-109  30-110

                               Cascade et gorges de Þverá Efri 

30-114  30-115

30-119 

 

 

 

 

 

 

 

Plaine fertile bordant l'Eyjafjarðará 

 

 

 

 

 

30-116-copie-1

  30-118 

 

 

 

 

 

 

 

La descente est vertigineuse 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

30-120-Möðruvellir 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Église de Möðruvellir

 

 

 

 

 

 

 

 

30-121 30-122

Église en tourbe de Saurbæjarkirkja datant de 1858  

30-124 30-123

Église de Grund édifiée en 1906 dotée d'un original bulbe byzantin et orientée nord-sud

30-125-Grundarkirkja  30-127

30-128-1  30-128-2

A Hrafnagil, la maison du Père-Noël (Jölagarðurinn) émerveille petits et grands

30-131 30-134
30-136

 

30-141 30-142

30-138 30-135-1

Dans la tour, un immense calendrier de l'Avent 

 30-140 30-137

30-145 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les toilettes des lutins

 

 

 

 

 

 

 

 

30-143 30-144

30-133 

 

 

 

 

 

 

 

La maison des lutins

 

 

 

 

 

30-132 

 

 

 

 

 

 

Jour de lessive

 

 

 

 

 

 

L'arbre aux étoiles. L'échelle des lutins venus accrocher les étoiles est encore adossée à l'arbre

30-135-2  30-160

30-139 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Encore 177 jours avant Noël

 

 

 

 

 

 

 

 

Devant toute cette profusion de décorations, j’ai dépassé le budget. Et encore, je me suis raisonnée…

30-146  30-147

30-148 30-153

30-149  30-150

30-151  30-152

 

30-155  30-154

30-156 30-157

30-158

Dépôt du sac à Akureyri, guesthouse Sólheimar

La boutique de Hello Kitty, le paradis des petites filles

30-162 30-163

Visite à pieds des deux rues Hafnarstræti et Aðalstræti composées de maisons anciennes

30-161 30-165

30-166 30-167

30-168 30-169

30-171  30-170

30-173 30-174

30-175 30-176

30-177 30-178

30-179 30-180

30-181 30-182

30-183 30-184

30-185 30-186

30-187 30-190

30-191 30-192

30-193 30-194

30-195 30-196

30-197  30-198

 30-200 30-199

30-201 30-202

30-203 30-204

30-205 30-206

30-207 30-210

 

Maison de Jón Sveinsson auteur de Nonni

30-209  30-208

30-212  30-211

30-213 30-214

30-215 30-216

30-217 30-218

30-219 30-220

30-222 30-221

                                                                       

                                                              Cathédrale Akureyrarkirkja 30-223  30-225

30-226  30-227 

 

30-164 

 

 

 

 

 

 Les parents des 13 Pères Noël islandais (Jólasveinar) : Grýla et Leppalúði

 

 

 

 

 

 

30-228 

 

 

 

 

 

 

L’office de tourisme. Akureyri est jaloux de Reykjavik, c’est pourquoi ils ont voulu « leur Harpa ».

 

 

 

  La fameuse glace de Brynja. Le camion n’était pas là... (Voir MÝVATN - AKUYRERI - FOSSHÖL (135 km) )

 Une pause est la bienvenue

30-188 30-189

Quelques courses au Sankaup, ouvert 24h/24, toujours à pieds, par les rues Hjalteyrargata et Hriseyjargata ; je n’avais plus de skyr pour le WE.

  30-229 30-230

30-231 30-232

30-233

Depuis 2005, la ville s’est agrandie, les commerces se sont installés partout. Les rues sont très fleuries.

Il n’y a aucune trace des élections présidentielles. Pas un panneau électoral, la mairie fermée à 19h10. Rien qui ressemble à un bureau de vote.
Peut-être, les Islandais votent-ils par Internet ?

30-234

 

 

 

 

 

Retour à mon hébergement de Sólgarðar

(solgardar@simnet.is)

où je choisis un lit parmi les quatre composant le mobilier de la chambre  et me repose des quelques kilomètres parcourus dans Akureyri.

 

Repost 0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 19:01

         Je ne sais pas si c’était la fin du runtur ou les résultats de l’élection présidentielle, mais les cris et klaxons n’ont pas cessé de 2h à 5h30.
Comme une de mes quatre fenêtres donnait sur Hafnarstræti, je voyais les phares des voitures se suivre sans discontinuer.

Cette nuit, un énorme bateau de croisière a accosté dans le port de Akureyri.

1-101 1-102

Contraste saisissant... 

1-103 1-104

Direction plein nord par la route N°1

Eglise de Glæsibær Rte 82

1-106-Glæsibær 1-105-Glæsibær

Monts de Þorvalsdalur

1-107

Eglise de Möðruvellir. Village natal de Jón Sveinsson à qui l’on doit les histoires de Nonni.

1-109  1-108-Möðruvellir

1-110 1-111

1-112 1-113-Möðruvellir

1-114 

 

 

 

 

 

 

 

  Port de Hjalteri route 82

 

 

 

 

 

 Eglise de Stærri-Árskógur

1-116-2-Stærri-Árskógur  1-117-Stærri-Árskógur

1-116-staeri  1-115-Stærri-Árskógur

 

1-118 

 

 

 

 

  Rhyolithes à Stærri-Árskógur

 

 

 

 

 

 

 

Grenivík sur l'autre berge de l'Eyjafjörður

1-120 1-121

1-119 

 

 

 

 

 

 

L'Eyjafjörður

 

 

 

 

 

 

Le courlis fait office de comité d'accueil à Dalvík 

1-122 1-123

1-124 1-125

Église de Dalvík 

1-126-dalvik 1-128-dalvik

1-127-dalvikEn 1934, lors d'un violent tremblement de terre de magnitude 6.3, la moitié de la ville disparut sous les éboulis projetés par la montagne voisine.

 Le port

1-131 1-130

1-129 1-132

1-135 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Route 807

 

 

 

 

 

 

 

 

1-133 1-134

Eglise de Vellir

1-136-Vellir  1-137-Vellir

1-138-Vellir 

Cathédrale de Akureyri. Je suis très déçue, elle est minuscule par rapport à sa sœur Hallgrímskirkja de Reykjavík.

1-139-Aku

1-145-aku  1-146-aku

1-140-aku 1-144-aku

1-141-aku  1-142-aku

1-143-aku 

  

  

  

  

 

 

Un concert se prépare.


 

 

 

 

 

 

Le prêtre nous met à la porte à 12h45 et ôte le drapeau qui flottait.

 Quartier de l'église

1-147 1-150

 

Église catholique polonaise Saint Pierre

1-149-aku-catho  1-151-aku-catho

1-148-aku-catho 1-150-aku-catho

1-151 

 

 

 

 

 

 

Jardin botanique

 

 

 

 

 

 

 Depuis le temps que je rêvais d’y flâner. Et bien, il va falloir revenir car trois cars ont déversé leurs passagers, certainement les croisiéristes. Et ça se bouscule, et ça crie, et ça ne veut pas suivre son guide qui s’énerve.

                          Lewisia cotylédon                                                       Renouée

1-152-lewisia 1-153-renouée

                                                             Pavot d'Islande

1-154-pavot d'islande 1-155

1-156

 1-157-asteraceae-aster                  Famille des asters 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trop de monde, trop de bruit pour moi…, je reviendrai une autre fois.

 

Je me rends jusqu'aux deux maisons d’Aðalstræti que je n’avais pas vues hier,

1-159 1-158

30-189 

 

 

 

 

 

 

une dernière glace et direction sud-ouest.

 

 

 

 

 

 

Il me faudra revenir à Akureyri. Il a trop de choses que j’ai dû laisser de côté faute de temps.

 

 

 

Retrouvez Akureyri ici

 

La route N° 1 longe les prés et les fermes disséminées au pied de l'Hörgárdalur.

Paysages verdoyants ou paissent les bovins

C’est superbe, mais il est impossible de s’arrêter.

Hameaux colorés qui s’accrochent aux flancs des montagnes

1-161 1-162

L'église de Bakki est comme de bien entendu fermée. Une dame sort de la maison d'en face et m'en ouvre la porte. Quelle merveille.

1-164-bakki  1-166-bakki-

1-167-bakki-   1-165-Bakki-

                                                       Pointe de Hraudrangi

1-160-1 1-160-2

                                                                 Large vallée de l’Öxnadalur

 

 1-163 1-170

 

La douce Öxnadalsá se transforme parfois en puissantes cascades.

   1-168

 

 


 

Quels paysages magnifiques lors de la montée et la descente du col de l'Öxnadalsheiði

1-169 

 

 

 

 

 

Gorges de Kotagil (au niveau du parking)

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Eglise de Silfrastaðir

 1-172-Sylfrastaðir  1-171-Sylfrastaðir

Eglise de Víðimýri

1-173-Viðimýri 1-174-Viðimýri

1-178-Viðimýri 1-177-Viðimýri

1-178-2 Vidymiri

Ferme en tourbe de Glaumbær du XVIII° siècle, composée de 16 salles réparties le long d'un couloir de 22 mètres.

1-194 1-193

 1-1921-179 1-180

1-181 1-182

1-183 1-184

1-185 1-186

1-187

1-189-glaumbaer   1-188-glaumbaer

 

1-191-2-glaumbaer  

1-190-glaumbaer 

 

 

 

 

 

 

 

 

Statue de Guðriður Þórbjarnardóttir première femme blanche à mettre un enfant européen au monde en Amérique. Christophe Colomb peut aller se rhabiller !!! Cette sculpture est également visible à la ferme de Laugarbrekka (péninsule de Snæfellsness), où elle a habité vers l’an 1000.

 

 

 

 

 

 Église de Reynistaður

1-195-Reynistaður  1-199-Reynistaður

1-197-Reynistaður   1-196-Reynistaður

1-198-Reynistaður

Plaines fertiles où sont disposées des bottes de paille, telles des billes qui attendraient que les fils du géant vert viennent les « tiquer ».

1-200 1-202

Lac Miklavatn

1-201

Sauðárkrókur

1-203-Sauðarkrokur  1-204-Sauðarkrokur

1-205 1-206

1-207 1-208

1-209 1-210

1-211 1-212

1-213 1-214

Villa Nova, édifiée en 1903 appartenant

à un riche négociant

 

1-216-villa nova 1-215

Cette ville me laisse une étrange impression.

Le centre ville historique est plus ou moins bien entretenu.
D’horribles HLM délabrés font face aux immeubles ultra modernes de verre et d’acier.
L’Hôtel de ville est résolument moderne et flambant neuf.

1-218

Retrouvez Sauðárkrókur : http://odyssee-islandaise-tome-2.eklablog.com/de-solvanes-a-geirshlid-a118602346

Rocher dans le Miklavatn situé dans le Skagafjörður

1-219
Parlons de mon hébergement de Syðsta Grund
Lorsque je suis arrivée, la fermière qui ne parle qu’islandais me reçoit avec un grand sourire et me fait visiter une petite maison composée d’une cuisine, d’un séjour, d’une chambre comprenant trois lits et bien sûr, des sanitaires. Je lui indique que c’est parfait.

Lorsque je lui demande les horaires du petit déjeuner (merci ma liste de phrases), elle m’écrit que c’est 12 000. Je pense qu’elle se trompe d’un zéro, car le prix indiqué lors de la réservation est 1200.
Gentiment, je barre un zéro. Qu’elle s’empresse de réécrire.
Je comprends qu’elle veut me fourguer sa maison à 12000 alors que j’ai réservé une chambre à 4500.
Lorsqu’elle comprend (avec difficulté) que je ne veux pas de sa maison, elle m’arrache presque les clefs des mains. Son sourire s’éteint et elle m’emmène dans leur maison où je me retrouve dans une chambre microscopique où mon sac ne tient pas. Je garde mon sourire et lui dit que c’est bien. Il ne faut pas exagérer avec les compliments non plus 
J
Ma bonne éducation me perdra...

1-220

Lorsque je lui demande, en anglais, si elle a le Wifi et quel est le code, elle sort son dico anglais-islandais. Comme celui-ci date de la guerre de 14, elle ne trouve pas Wifi ni Internet. Je lui écris « Netið », comme ça se dit en islandais. Elle ne devine toujours pas. A un moment, j’entends « tölva ». Je suis sauvée, je sais que c’est l'ordinateur. Je lui fais comprendre que c’est presque ça en pianotant. Ca y est, elle a décodé : pas de Wifi L
 

 Retrouvez Akureyri ici : http://odyssee-islandaise-tome-2.eklablog.com/akureyri-fete-nationale-a118699714

et ici : http://odyssee-islandaise-tome-2.eklablog.com/de-akureyri-a-akureyri-en-passant-par-godafoss-a118696830

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Myriaðe
  • : Tous mes voyages en Islande
  • Contact

Profil

  • Myriaðe
  • Je suis atteinte d'Islandite aigüe, maladie incurable, mais je me soigne par des séjours répétés en Islande, où je me gave de skyr comme mon avatar Skyrgámur...
  • Je suis atteinte d'Islandite aigüe, maladie incurable, mais je me soigne par des séjours répétés en Islande, où je me gave de skyr comme mon avatar Skyrgámur...

Rechercher