Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 09:35

 Jeudi 30 juin

 

Dernier jour avec notre voiture, le moral est bien bas ce matin malgré un petit déjeuner pantagruélique.

 

Nous montons par la 54 à Ólafsvík et arrivons à Grundarfjörður enchâssé entre les monts Kirkjufell (la montagne-église) et Helgrindur (les crêtes de l’enfer).

 

15-Grunda 15-Grunda mont

 

Nous empruntons une piste vers Bjarnarhöfn, une des plus vieilles églises

(1860) en bois. L’accès nous en est interdit par le propriétaire qui nous refoule car nous ne faisons pas partie d’un groupe.

Pendant que Jean-Louis enfile ses chaussures, nous commençons  silencieusement l’ascension du mont Helgafell (le mont Saint), sans nous retourner, avec nos trois vœux en tête. Nous redescendons, étonnés de ne pas avoir croisé J-L.

Arrivés en bas, nous le trouvons devant la voiture. Un gentil gros matou s’est installé sur la banquette et il n’a pas voulu le déranger.

Tant pis pour ses trois vœux, pour le splendide panorama sur le Breiðafjörður et le chapelet d’îles que nous avons découverts du sommet.

 

15-bredaf-2 15-chat

 

Nous poussons jusqu’à Stykkishólmur, départ des ferries pour les Vestfirðir (les fjords de l'ouest). Nous ne sommes pas emballés par l’église moderne qui détonne un peu dans le paysage, mais le minuscule phare orange nous fait sourire.

15-Stykki-eglise 15-Stykki-phare

 

15-eglise 

 

 

 

Nous redescendons plein sud par la 56 et atteignons le col de Kerlingarskarð (le passage de la mort) sans encombre et sans rencontrer le troll Kerlingar (le sorcier) que craignaient les anciens.

 

 

  

15-kerling

 

 

 

 

 

Au bord du lac Baulárvallavatn, même en cherchant bien, nous ne voyons pas les cinq monstres se prélasser sur les rives, il faut dire qu'il n'y a pas de soleil !!

 

 

 

 

 

Nous retraversons silencieusement la péninsule de Snæfellsnes sous un petit crachin qui se met à l’unisson de la morosité qui règne à l’intérieur de la voiture. Ce soir, nous serons à Reykvavík, nous devrons affronter la grande ville, les feux, la foule, les bouchons, la nervosité, enfin, tout ce qui fait les villes du monde et surtout la fin du séjour islandais.

Déjeuner sur les hauteurs devant le fjord Hvalfjörður, face à Reykvavík. Nous en profitons pour commencer la toilette intérieure de la voiture, car toute la poussière de la quinzaine s’y est incrustée. Une demi-boîte de lingettes y passe.

Nous empruntons le tunnel d’Akranes (1000 Kr) qui fait gagner une heure. Il a été inauguré en 1998, c’est un petit frère de notre Eurotunnel. Les 5770 mètres nous paraissent sans fin, surtout après les accidents du tunnel du Mont Blanc et du Fréjus. Nous ne voyons jamais le bout car il tourne sans cesse.

Ca y est, nous sommes à Reykvavík, il n’y avait pas de quoi se mettre la « rate au court bouillon » car la circulation y est fluide, le périphérique et les avenues bien larges.

15-Isa

 

Nous nous perdons un peu avant de trouver notre hôtel Isafold situé dans un quartier calme. Notre chambre est au rez-de-jardin, ça nous change de nos fermes !!!

 

 

Les hommes vont faire le plein d’essence et une grande toilette à notre Kia avant de la rendre au loueur.

Au revoir petite voiture, toi qui a partagé toutes nos joies et nos peurs, toi qui nous a brinqueballés sur toutes ces pistes défoncées sans coup férir, toi qui nous a abrités durant moult pique-niques, toi qui nous a réchauffés quand le vent soufflait fort.

 

4583 kilomètres en quinze jours, ça crée des liens...

 

Bon, nous n’allons tout de même pas verser une larme pour une voiture …

 

Nous partons à la découverte de Reykvavík (baie des fumées).

Nous arpentons les rues de la vieille ville, cherchons des idées pour les sempiternels souvenirs. Il n’y a pas grand chose et le peu que nous trouvons est à un prix …islandais.

 

 

 

Nous cheminons jusqu’à l’église Hallgrímskirkja  qui doit son nom au plus célèbre écrivain du XVII° siècle Hallgrím Pétursson. Commencée en 1945, inaugurée en 1986,  elle fait référence aux orgues basaltiques islandais. Ce n’est pas étonnant qu’elle ressemble beaucoup à celle d’Akureyri car c’est le même architecte qui en dessina les plans.

La nef, inspirée du style gothique est très sobre, hormis de gigantesques orgues comportant 5275 tuyaux.

15-Hallgrim1                                 15-Hallgrim2

15-Hallgrim3                                 15-Hallgrim5

15-Hallgrim4

 

Nous montons au sommet par l’ascenseur et découvrons du haut des 75 mètres le panorama, ce qui nous permet de repérer l’emplacement des maisons colorées et de la sculpture en bord de mer.

15-vue d'Hallgrim 15-vue Hallgrim2

15-vue Hallgrim-3 15-vue Hallgrim4

Nous  allons musarder aussitôt sous un petit crachin. Ces maisons colorées appartenaient autrefois aux industriels qui avaient fait fortune avec la pêche à la

baleine ; les premières, en tôle ondulée, furent importées de Norvège en 1883.

15-maison reyk 15-maison reyk-2

 

15-Solfarid

 

 

 

 

En bord de mer, la sculpture moderne, Solfarid (voyageur du soleil) rend hommage aux drakkars vikings.

 

 

 

 

15-edf

 

 

 

 

Nous découvrons un poste électrique EDF (EDI J) dont l’architecture ne déparerait pas à Versailles. Ils ne mégotent pas ces Islandais !!!

 

 

 

15-kebab

 

 

Nous dînons d’un kebab, pas tellement cuisine locale, mais seul plat abordable. Cet immeuble sera détruit par le feu, quelques mois après.

 

 

 

 

 

Retour à notre hébergement, pas de hot-pot, mais une bonne douche soufrée bien chaude.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Myriaðe
  • : Tous mes voyages en Islande
  • Contact

Profil

  • Myriaðe
  • Je suis atteinte d'Islandite aigüe, maladie incurable, mais je me soigne par des séjours répétés en Islande, où je me gave de skyr comme mon avatar Skyrgámur...
  • Je suis atteinte d'Islandite aigüe, maladie incurable, mais je me soigne par des séjours répétés en Islande, où je me gave de skyr comme mon avatar Skyrgámur...

Rechercher