Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 23:28



Le mouton islandais est une des races les plus pures et les plus anciennes du monde.

Depuis 1100 ans, ils sont élevés pour leur laine  et leur viande (les Islandais les nomment : « les gigots sur pattes »).

Dans la race islandaise, il a été trouvé un gène qui cause des naissances triples, quadruples, voire même sextuples.
La brebis est très fertile et peut agneler jusqu’à dix ans.


Chaque mouton produit quatre kilos de laine à chacune des deux tontes annuelle.

Il n’est pas rare de trouver accrochés aux clôtures des lambeaux de laine laissés par les moutons.
Autrefois, c’étaient les pauvres qui la ramassaient, maintenant, ce sont les touristes…

 

Leur nombre est  le double de celui des habitants (les moutons, pas des touristes …).

Leur viande aromatisée est maigre et tendre.

Les peaux sont douces et épaisses.                         

Ils sont blancs, noirs, bruns ou bicolores.

Dans les fermes, on peut trouver des pulls, bonnets, gants tricotés par les fermières, mais les couleurs sont brutes.


Il faut aller dans les boutiques de souvenirs dans les grandes villes ou à Reykjavík au 19 Skólavörðustígur pour trouver des articles colorés.

 

Les brebis sont d’excellentes mères, elles se promènent en liberté avec deux agneaux, il faut faire très attention quand au bord des routes on rencontre une brebis, les petits ne sont pas loin et ils ont une fâcheuse tendance à traverser pour retrouver leur mère, juste au moment où vous passez.

Ils adorent lécher le sel déversé sur les routes l’hiver et s’ils sont sous le vent, ils ne vous entendent pas arriver.

 

Des grilles (clôture canadienne) sont posées sur le sol pour leur interdire le passage afin d’endiguer les maladies et les empêcher d’aller brouter les vertes prairies qui serviront de fourrage pour l’hiver.

 

Chaque printemps après l'agnelage, les agriculteurs laissent brebis et agneaux divaguer dans les montagnes où ils passent l'été comme des animaux sauvages afin de devenir bien gras.

A l'automne,  le premier samedi après le 12 septembre, les troupeaux sont regroupés et les éleveurs sélectionnent ceux qui deviendront le clou du repas de Noël.

Ce regroupement, le "réttir" est devenu une attraction touristique majeure en Islande Mais le réttir est aussi une affaire sérieuse, c'est un  des événements les plus importants dans la campagne islandaise.

On peut assister à ce "rettir" ; entre autre ; à la bergerie Haukadalsréttir, à l'ouest, dans le comté de Dalasýsla (qui entoure le Hvammsfjöður).

Les agriculteurs convoquent une équipe de bergers et ils randonnent dans la montagne pour retrouver les moutons.

Photo : rhs.is

Ils reconnaissent leurs brebis, béliers et agneaux, car ils sont marqués à l'oreille.

Le berger peut passer toute une journée, pour récupérer certaines brebis qui ont perdu leur troupeau et se cachent derrière les rochers ou dans les crevasses de la pente de montagne.

Certains moutons ne sont  trouvés qu'à fin de l'hiver et d'autres sont perdus à jamais, pris au piège et dévoré par les corbeaux affamés.

Les éleveurs  regroupent leurs moutons dans la vallée et dans une "trieuse" généralement circulaire et en bois.


Il subsiste encore d'anciens modèles en pierre.

 

Les moutons se serrent entre eux et bêlent à fendre l'âme.


Les bergers s'accrochent à leurs cornes, montent sur leur dos et les font glisser dans le compartiment adéquat, une activité appelée "draga í Dilka" en islandais.
Photo : nollur.is
Chaque compartiment de la trieuse est étiqueté avec le nom d'une ferme et après avoir vérifié les marques d'oreille, les propriétaires d'ovins et de leurs assistants  classent les brebis.

Puis ils sélectionnent ceux pour la reproduction et ceux qui seront envoyés à l'abattoir.

La plupart des moutons seront transformés en rôtis,  hot dogs, côtelettes d'agneau, viande pour la soupe (kjötsúpa), hangikjöt (fines tranches d'agneau salé et fumé qui sont le jambon des Islandais), slátur (panse de mouton farcie), svid (tête de mouton marinée dans du petit-lait aigre et bouillie), hrútspungar (testicules de bélier longuement marinés dans du petit-lait aigre, compressés, puis coupés en tranches) ; délicatesses islandaises.


Comme la plupart des animaux en Islande, le mouton islandais est une race spéciale, désormais protégée.

Le chien de berger islandais est aussi unique avec ses oreilles pointues et sa queue en trompette.

 

 

 

 

 

L'Íslenskur Fjárhundur (Chien de berger islandais)

chien Apash

(Apash photo berger-islandais.fr)

chien Moi

 

 

 

 

 

 

 

Bonjour, moi c'est Kátur (Joyeux) je suis un chien de Berger Islandais et le seul qui soit originaire d’Islande.

 

 

(Photo chiens-chiots.com)

Mes ancêtres sont arrivés avec les premiers colons vikings (874- 930 de notre ère). Ils se sont adaptés, dans leur façon de travailler, au terrain, aux méthodes d’élevage et au dur combat qu’on mené les Islandais pour leur survie au cours des siècles ; mes aïeux  sont parvenus à se rendre indispensables au rassemblement du bétail dans les fermes, non seulement les moutons mais aussi les chevaux qui vivent en liberté sur d'immenses pâturages sur cette île proche du Groenland.  

La dynastie des Bergers Islandais, appartient à la grande famille des spitz, nous sommes  vraisemblablement issus du Buhund Norvégien. Lorsque, au IXème siècle, des Norvégiens conduits par Erik le Rouge, débarquèrent en Islande, ils apportèrent des chiens aux oreilles pointues, très mobiles, capables de garder des troupeaux, de défendre les personnes, mais aussi de chasser. Croisés avec des chiens locaux, ces Buhund donnèrent naissance à ma famille, les Bergers Islandais.

 

Notre lignée est parfois notée en latin : "canis islandicus", même si elle est une race et non une espèce.

Nous ressemblons beaucoup à des chiens trouvés dans des tombes au Danemark et en Suède datant d'environ 8000 avant JC.

chien renard

 

 

 

 

 En 1650, Sir Thomas Brown écrit :"Il y a parfois, exporté d'Islande… un type de chien ressemblant à un renard…Les bergers anglais sont désireux de les acquérir !".

 

 

  

(Photo Jacqueline Thomas) 

 

chien Buffon

 

 

 

 

 

 

 

Au XVIII° siècle, en 1755, le naturaliste Buffon s'intéresse à mes aïeux.

 

 

 

 

 

 

 

(Dessin histoire naturelle du comte de Buffon)

 

Au XIXème siècle, notre race faillit disparaître suite à une épizootie de maladie de Carré. Un chien porteur de la maladie fut introduit sur l'île et contamina mes prédécesseurs qui, à l'époque, n'étaient pas vaccinés.  75 % de mes ancêtres périrent conduisant, en 1901, à une interdiction de l'importation de chiens pour l'Islande.

Notre lignage a été également au bord de l'extinction vers la fin du XX° siècle.

Le "club canin islandais" a été fondé en 1969, le but principal était de veiller sur le chien de Berger Islandais

 

Le chien est maintenant considéré comme faisant partie du patrimoine culturel d'Islande, et le travail se fait actuellement pour encourager la reproduction, et  chercher des "nouveaux" chiens dans des endroits éloignés.

 

chien timbre

 

 

 

 

 

 

En signe de reconnaissance, j'apparais sur ​​un timbre islandais en 1980.

 

 

 

 

(Photo le marchanddutimbre.com)

 

A cause des épidémies, des périodes de famine et des catastrophes naturelles, le nombre de chiens a beaucoup varié au fil du temps. Au 10° siècle, Olaf Tryggvarsson relate qu'une  famine avait  eu des conséquences terribles pour mes ancêtres : pour remédier à la situation la décision a été prise de tuer tous les vieux et les infirmes, car ils mangeaient, mais ne travaillaient pas.

Le chef, Arnor Kærlingenef, a été parmi ceux en faveur de cela, mais sa mère l'a convaincu de repenser sa décision. Et après quelques discussions la sentence a été modifiée en faveur de la réduction du nombre de chiens et de chevaux.

L'Anglais, M. Watson a visité l'Islande à de nombreuses reprises entre 1930 et 1970. Dans les années 50,  il a recueilli quelques-uns des meilleurs spécimens et les as emmenés en Californie aux fins de reproduction.

Cela a suscité une émulation chez certains Islandais et en partie en collaboration avec Watson, ils ont commencé l'élevage sur une petite poignée de chiens sélectionnés avec soin.

chien chiots

                                                             (Photo berger-islandais.fr)

  Cependant, quelques éleveurs islandais avaient compris que les Anglais et les Allemands s'intéressaient à ce chien capable de "travailler aux chevaux". Aussi s'efforcèrent-ils de préserver notre race en isolant les meilleurs sujets non contaminés. Mme Sigriður Pettersdóttir joua ainsi un rôle de premier plan. Elle était en effet la propriétaire d'un mâle réputé, Kotur ("l'espiègle"), que l'on retrouve dans la généalogie de nombreux chiens islandais.

La popularité de ma lignée de Berger Islandais, a grandi au cours de ces dernières décennies et, en dépit du fait que la race est encore très peu nombreuse, elle n’est plus considérée comme étant en danger d’extinction.

 

Aujourd'hui, en Islande nous sommes environ deux cents Bergers Islandais de pure race. D'autres chiens nous ressemblent, mais sont en fait des bâtards. Sur l'île, une tradition veut que les chiens mâles partagent totalement la vie des humains, gardant les troupeaux, faisant étape avec le maître, tandis que les femelles, comme ma sœur Píla (rapide comme une flèche), restent à la maison. Quelquefois, j'aimerais bien être une femelle pour dormir au coin du feu au lieu de courir dans la lande après les moutons.

Avec environ 5000 individus inscrits dans le monde (principalement en Scandinavie et en Europe du Nord), le Berger islandais n'est pas très représenté, mais notre race n'est plus au bord de l'extinction.

 

Nous, les Berger Islandais sommes classifiés "Spitz nordique de troupeau", notre taille est légèrement en dessous de la moyenne, nos oreilles sont dressées et notre  queue enroulée. Regardez-nous attentivement, vous verrez au premier coup d'œil que nous sommes intelligents et enjoués. On dit que l''expression de notre visage ressemble souvent à un sourire qui traduit notre joie de vivre.

 

Moi, j'ai le poil court, c'est un poil de couverture de longueur moyenne, assez rude au sous-poil épais et doux. Mon poil est plus court sur ma face, le sommet de ma tête, mes oreilles et la face antérieure de mes membres ; il est plus long sur mon cou, ma poitrine et à l’arrière de mes cuisses. Ma queue est touffue et la longueur de son poil est en rapport avec celle de ma robe.

Mon frère Lappi (a des pattes différentes), est doté d'un poil long, c'est un  poil de couverture plus long que le mien, assez rude et sous-poil épais et doux. Son poil est plus court sur sa face, le sommet de sa tête, ses oreilles et la face antérieure de ses membres ; il est plus long derrière ses oreilles, sur son cou, sa poitrine, à l’arrière de ses membres antérieurs et de ses cuisses. Sa queue est très touffue et la longueur de son poil est en rapport avec celle de sa robe.

chien Djupi, poils mi-longs

                                                      (Djupi photo communication-lyon.fr)

Poil court ou poil long, tous deux sont épais et extrêmement résistants aux intempéries.

Chez les Berges Islandais, plusieurs couleurs sont admises mais une seule couleur doit toujours prédominer. Les couleurs prédominantes sont : différents tons de fauve, allant du crème au brun rougeâtre, marron (chocolat), gris, noir.

Le blanc accompagne toujours la couleur prédominante. Les marques blanches les plus communes – qui sont souvent irrégulières – sont : une liste ou une marque sur une partie de notre face, un collier, une tache au poitrail, des balzanes de différentes hauteurs et une marque à l’extrémité de notre queue. Des tons plus clairs apparaissent souvent sur la face inférieure de notre corps, de la gorge à l’extrémité de la queue.

Chez mes congénères fauves et gris, comme mes cousines Týra (petite lampe) et Snótra (mignonne) apparaissent souvent le masque noir, les extrémités des poils de couverture noires et même parfois des poils noirs. Les chiens noirs (tricolores) ont une robe noire avec les marques blanches telles qu’elles sont mentionnées plus haut et les marques feu traditionnelles de n’importe quelle nuance sur les joues, au-dessus des yeux (sourcils) et sur les membres. Des plaques des couleurs susmentionnées sur un fond blanc (robe pie) sont admises. Le blanc ne doit pas être totalement prédominant.
Nous ne sommes pas très grands,   les mâles mesurent environ 46 cm, et les femelles 42cm.

 

Je suis un  chien de troupeau rustique, délié et qui aboie, ce qui me rend extrêmement utile pour la manœuvre et la conduite des troupeaux dans les pâturages, en montagne ou pour retrouver les moutons égarés. Je suis très éveillé de nature et réserve toujours un accueil enthousiaste aux visiteurs, sans agressivité.

chien Hot-pot

 

 

 

 

 

 

 Lorsque l'été arrive, j'aime partager le pique-nique des touristes, et j'ai même failli, avec mon frère Sánur, en rejoindre certains dans le hot-pot.

 

 

 

 

 

 

Nous sommes joyeux, amicaux, joueurs, curieux et sans peur.

Mon instinct de chasseur n’est pas développé, mais cela n'a aucune importance puisque mes maîtres pourvoient à mon alimentation.

Ma nourriture préférée est le poisson.


Nos oreilles sont dressées et très mobiles, elles réagissent au moindre bruit et révèlent notre humeur.
chien double ergot

 

 

 

Nos ergots doubles bien développés sont recherchés pour leur surface portante plus grande.

 

Le terme "ergot" signifie le cinquième doigt du chien correspondant à votre pouce.

Pour l'ergot double on parlera donc de sixième doigt.

 

 

 

 (Photo chepaiva.com)

 A Reykjavík, capitale de l'Islande, notre race est interdite de séjour à cause de la maladie qu'elle véhiculait et risquait de propager à la population. En effet, le Chien d'Islande absorbait l'Echinococcus, un ver parasite, en mangeant les carcasses de moutons. Aujourd'hui, et malgré l'existence de ténifuges efficaces, cette interdiction existe toujours.

Je ne vois jamais mes cousins de toutes races expatriés car les formalités douanières et sanitaires sont très lourdes : Dans mon île, les dispositions légales concernant l‘importation d‘animaux sont extrêmement sévères.

Les autorisations d‘importation ne sont délivrées que sur recommandation du directeur de l‘Office vétérinaire et à des conditions bien précises.

L‘une de ces conditions exige que l‘animal soit totalement isolé des autres animaux (quarantaine) pendant une durée pouvant aller jusqu‘à quatre mois après leur arrivée en Islande.

Pour ces raisons, aucune autorisation n‘est en principe délivrée aux touristes ou aux personnes

ne séjournant que brièvement en Islande. (Pour d‘autres informations Landbúnaðarráðuneytið, Sölvhólsgötu 7, 150 Reykjavík +354-5459750, postur@lan.stjr.is, www.stjr.is/lan).

C'est un peu comme pour les chevaux.

 

Voilà, vous savez tout sur ma famille. Si un jour, vous me rencontrez, n'oubliez pas que j'aime les caresses ….. et les gâteaux.

 

Sources :

Merci à Mme D. Jung pour sa collaboration (berger-islandais.fr)

Club français des chiens nordiques

chiens-des-champs.com

viveleschiens.com

votre-chien.com

icelanddog.org

chien.com

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Myriaðe
  • : Tous mes voyages en Islande
  • Contact

Profil

  • Myriaðe
  • Je suis atteinte d'Islandite aigüe, maladie incurable, mais je me soigne par des séjours répétés en Islande, où je me gave de skyr comme mon avatar Skyrgámur...
  • Je suis atteinte d'Islandite aigüe, maladie incurable, mais je me soigne par des séjours répétés en Islande, où je me gave de skyr comme mon avatar Skyrgámur...

Rechercher