Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 17:49

Jusqu’au IX° siècle, l’actuelle Scandinavie parlait le "norrois" ou "nordique commun", rameau nordique de la famille des langues germaniques, elles-mêmes issues du vaste ensemble indo-européen.

Tandis que la branche linguistique continentale se modifiait au cours des siècles, la structure et le vocabulaire de l’islandais restait figés, de sorte que si les vikings revenaient, ils seraient compris de tous les Islandais. Cette particularité permet

aux Islandais de lire leurs Sagas "dans le texte".

Au Moyen-Âge, l’usage de l’alphabet latin, en remplacement de l’écriture runique, favorisa l’essor de la littérature.

Son alphabet comporte 32 lettres dont deux lettres particulières héritées de l’alphabet runique : le Þ/þ ( remplacé par th ) qui se prononce comme le th en anglais dans thing, et le Ð/ð (souvent transcrit par d ) qui se prononce comme le th anglais

dans them.

Le renouveau du nationalisme au XIX° siècle préserva la langue et l’exalta comme symbole de la lutte pour l’indépendance.

A notre époque, la langue fait l’objet de soins attentifs destinés à la prémunir de toute détérioration.

Le purisme linguistique s’incarne dans sa détermination opiniâtre à museler l’introduction de termes étrangers.

Si les néologismes sont indispensables, par exemple dans le domaine technologique, ils sont alors islandisés et constitués à partir de racines islandaises.

Un avion à réaction est dénommé þóta, "bourdon".

Le téléphone est devenu  "sími"  d’après l’expression talsími : fil pour parler .

L’ordinateur a été baptisé “ tölva “  : la sorcière qui compte, à partir du mot tal : le chiffre et völva : prophétesse.

Les téléphones portables ont été transposés par “ friðþjófur " : voleur de paix.
Banki est certainement l’un des rares termes étrangers qui ne soit pas islandisés.

On a inventé “ bjúgaldin “ : fruit courbe, pour la banane, mais c'est “ banani  “ qui s'est imposé.

Voyeur a été traduit , avec humour, par “ gluggagægir " du nom d’un des treize lutins de Noël, qui a pour coutume d’épier les islandais par les fenêtres.

 
De même , une savante commission s’est penchée sur le métro et a trouvé : “nedanjar-darlest “ soit : le train qui va sous terre, mais c’est bien compliqué pour un mot qui sert très rarement en Islande, on se contente donc de : “ jörðlest “ : terre-train.

Le dictionnaire islandais comporte 80 000 mots alors que la commission chargée des néologismes en a répertorié 600 000.

 

Inutile d’apprendre l’islandais, tout le monde, ou presque, parle anglais. Il parait même qu’1/3 du vocabulaire anglais dérive de l’islandais !!!

Les noms toponymiques sont des noms composés à partir de noms communs, qui décrivent ce que l’on voit, par exemple :

Reykjavík , formé à partir de : Reyk : fumée, fumerolle et vík : baie : “ la baie des fumées ”.
Hveravellir : Hver : bouillant, à : rivière, vellir : vallée : “ la vallée de la rivière bouillante ”.

Vatnajökull : vatn : lac, jökull : glacier : “ le glacier des eaux “.
Mývatn : : moucherons, vatn : lac : “ le lac aux moucherons “ ( le bien nommé !!! ).
Landmannalaugar : land : le pays, manna : les hommes, laugar : chaud : “ le bain chaud des hommes du pays.
Gullfoss : Gull : or, foss : chute, cascade : “ la chute d’or “.

Et le plus “ exotique “ des noms islandais : Kirkjubæjarklaustur : Kirkju : église, bær : ferme, klaustur : couvent : " église-ferme-couvent ".

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Myriaðe
  • : Tous mes voyages en Islande
  • Contact

Profil

  • Myriaðe
  • Je suis atteinte d'Islandite aigüe, maladie incurable, mais je me soigne par des séjours répétés en Islande, où je me gave de skyr comme mon avatar Skyrgámur...
  • Je suis atteinte d'Islandite aigüe, maladie incurable, mais je me soigne par des séjours répétés en Islande, où je me gave de skyr comme mon avatar Skyrgámur...

Rechercher