Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 16:59

Samedi 28 Janvier 2006

 

Après un copieux petit déjeuner, nous voici dans la rue à 8h30.

Il fait nuit noire  personne  à part le service de nettoyage, pas une boutique ouverte hormis une boulangerie.
Nous nous dirigeons vers le port où nous observons un immense chalutier navire-usine qui charge des centaines de casiers.

A 9h, les premières boutiques déverrouillent leur porte, il fait toujours aussi noir et nous sommes toujours seuls à arpenter les rues.

Les livreurs ont posé leurs colis et journaux sur le seuil, quelques clients poireautent afin d’acquérir leur journal, cela ne viendrait à l’idée de personne de se servir !!!
Il faut attendre 10h pour que la ville commence à s’éveiller, toutes les boutiques sont ouvertes et les commerçant sont à l’affût d’un hypothétique client.

Le petit jour se lève péniblement à 10h15, nous regagnons notre hôtel car un taxi vient nous chercher à 11h pour nous conduire à l’aéroport domestique (1100 Kr = 14.60€, c’est cher).

















Photo : Wikipedia


L’hôtesse d’accueil nous accompagne en salle d’embarquement où nous contemplons le ballet des manutentionnaires qui chargent le fret.

Le jour s’est levé avec beaucoup de difficultés, mais d’un seul coup, il fait noir, le vent souffle, la pluie cingle, des chips de polystyrène s’envolent d’un colis crevé.

L’hôtesse vient nous annoncer que le vol vers Heimaey, une des Vestmannaeyjar (îles Vestmann) est annulé a cause des conditions météorologiques. Nous sommes frustrés, car notre emploi du temps ne nous permet pas de reporter l’excursion un autre jour. Nous sommes également dépités, car nous étions les seuls passagers à emprunter ce vol et nous commençons à prendre goût aux transports privés …..


Vu le temps pourri, nous décidons d’aller à Kringlan à Kópavogur, voir à quoi ressemble le « plus grand centre commercial d’Islande ».

Le chauffeur de taxi nous fait l’article : 6700 mètres carrés, plus de 80 boutiques …

















Photo : kringlan.is

Effectivement, pour un Islandais, c’est gigantesque, mais pour nous qui sommes habitués aux grands centres commerciaux, c’est riquiqui.


Le temps s’améliore légèrement, nous convenons d’aller visiter le musée en plein air d’Arts et Traditions populaires d' Árbær, mais la « journée pas-de-bol » continue, le chauffeur de taxi nous prévient qu’il est fermé pour trois mois à la suite d’une tempête qui a dévasté les toitures.

Qu’à cela ne tienne, nous rentrons à l’hôtel poser notre "sac de voyage raté à  Heimaey".

Le chauffeur de taxi qui nous ramène, nous dit (en anglais) que son arrière-arrière-arrière grand-père était Français, Breton, pêcheur d’Islande et qu’il a fait souche (mais le Français est tombé en quenouille !!!!)

Cet été, nous n’avons pu acheter le DVD de la formation de Surtsey au Volcano-show, c’est le moment d’y retourner.

Le crachin s’est transformé en une pluie diluvienne.

 
Bravant la grippe aviaire, lestés de pain, nous partons en direction du lac Tjörnin, où nous attendent canards, eiders, oies bernaches et cygnes.                

Au moins, eux ne nous décevront pas !!!





Effectivement, ils sont là, mais il y a de la concurrence, nous ne sommes pas les seuls à vouloir les nourrir. Ils sont tellement nombreux et jamais rassasiés que tous les « nourrisseurs » ont leur aréopage ailé attitré.



Contrairement à ce qui est affiché sur la porte, le Volcano est fermé (ça continue !!!).
Qu’importe, il y a toujours une solution de rechange. Nous nous dirigeons vers le Musée national d’Islande sous une pluie battante.

Nous arrivons à 16h30, le musée fermant à 17h, on ne nous délivre pas de billet (journée maudite !!).

Nous restons dans le hall jusqu’à la fermeture pour nous sécher un peu et repartons, sous la pluie, vers notre hôtel.

Dans le vieux cimetière de Reykjavík, face au lac Tjörnin, Suðurgata, un des endroits paisibles de la capitale islandaise, on peut voir une stèle commémorative, à la mémoire des pêcheurs Français.

Sur un des côtés de cette pierre islandaise, sont gravés ces mots extraits du roman de Pierre Loti : « Il ne revint jamais. Une nuit d’août, là-bas, au large de la sombre Islande, au milieu d’un grand bruit de fureur, avaient été célébrées ses noces avec la mer. »


De l’autre côté de la stèle, on retrouve le même texte en islandais. Ce monument, à la mémoire des marins Français disparus en mer d’Islande, fut érigé par les Islandais en 1953. Les tombes de marins existantes furent placées sous le monument.

 

 

Nous achetons quelques provisions dans notre 1011 favori pour notre dîner.

Vers 20h, la pluie a cessé, nous allons tirer le portrait de la cathédrale Hallgrímskirja  dont le clocher se prend pour un sapin de Noël.



La neige commence à tomber, il est temps de regagner notre couette.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Myriaðe
  • : Tous mes voyages en Islande
  • Contact

Profil

  • Myriaðe
  • Je suis atteinte d'Islandite aigüe, maladie incurable, mais je me soigne par des séjours répétés en Islande, où je me gave de skyr comme mon avatar Skyrgámur...
  • Je suis atteinte d'Islandite aigüe, maladie incurable, mais je me soigne par des séjours répétés en Islande, où je me gave de skyr comme mon avatar Skyrgámur...

Rechercher