Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 19:00

Mardi 28 juin

 

Il pleut, le brouillard est à notre porte, il ferait bon rester sous la couette.

Après avoir dégusté saumon fumé et filets de harengs (ce que je ne ferais jamais en France …), nous avons du mal à quitter ce havre de paix, sa charmante hôtesse et ses deux adorables toutous.

13-Thing-lac

 

 

 

 Après un arrêt à Laugarvatn et ses sources d’eau chaude au bord du lac, puis longé le lac Þingvallavatn (le plus vaste d’Islande),  nous continuons vers la dernière étape du « Cercle d’Or » : Þingvellir.

 

 

 

 Il est encore très tôt, dès que nous descendons de voiture, sur un parking désert, nous sommes émus par la sérénité qui se dégage de ce lieu.

Un rayon de soleil crève soudain la couche nuageuse pour célébrer cette

quiétude.

Une grande plaine en hémicycle striée de maints ruisseaux, une cascade dévalant de hautes falaises qui la délimite, une adorable petite église, des linaigrettes, des bouleaux nains, des oiseaux pépiant, tout concourt à cette impression d’harmonie.

Nous parcourons la plaine sur un cheminement en bois vers la paroi basaltique en pensant aux réunions du parlement (l’Alþing) qui se tenaient ici au X° siècle. Alors qu’à l’époque féodale tout le monde s’étripait pour régner, les « sauvages » vikings donnèrent ici une belle leçon de démocratie en écrivant en ce lieu les grandes pages de l’histoire islandaise. Les chefs de clans  (et tous les hommes libres)  décidaient de l’avenir du pays, statuaient sur les affaires courantes, unissaient leurs filles, arbitraient les conflits, négociaient la vente des biens  et des animaux. L’assemblée a été supprimée au XVIII° siècle lors de la suprématie norvégienne puis danoise, mais c’est ici, que se termina la domination danoise en 1944  et que fut proclamée l’indépendance de l’Islande. Le plus ancien code de lois d'Islande, Ùlfljòtslög, remonte à l'an 930. Les lois contenues dans le Jònsbòk entrèrent en vigueur en 1281, et certaines d'entre elles le sont encore de nos jours.

 13-Thing-ferme
Nous nous promenons dans les gorges de l’ Almannagjá (la Gorge de tous les hommes) et entre les fissures volcaniques. C’est le prolongement de celle de Grjótagjá que nous avions découverte le huitième jour. Nous avons du mal à imaginer que nous sommes entre les plaques tectoniques de l’Europe et de l’Amérique du nord. D’ordinaire, cela se passe dans les fonds marins, mais ici, chacun peut constater que l’écorce terrestre n’est pas un gros ballon rond.

13-thin-faille

En redescendant vers la voiture, nous nous arrêtons à la petite église construite en 1859 qui abrite une chaire datée de 1683. Cette église est celle de « la cloche d’Islande » de Halldór Laxness.

13-Thing-eglise2 13-Thing-eglise

13-thing stele

 

 

 

 

 

Un des deux petits cimetières contient uniquement  deux tombes, ce sont celles des plus grands poètes islandais : Jónas Hallgrímsson et Einar Benediktsson.

 

 

 

 

13-oxar

 

 

 

 

Un petit tour vers la cascade de Öxaráfoss, et par la 52,  nous nous dirigeons vers la 550 dite la Kaldidalur (la vallée froide) qui n'a pas usurpé son nom.

 

 

  

13-Kaldi

 

Cette piste ouverte aux véhicules « normaux » est digne d’une F. Nous n’avons doublé (avec bien des difficultés) que deux autocars qui peinaient. C’est un véritable désert de cailloux et de roches qui longe les glaciers Þórisjökull et Langjökull. La Kaldidalur était l’une des principales pistes de montagne empruntée par les colons durant la période des sagas. Après bien des cahots, tangages, roulis, secousses, trépidations, soubresauts, nous descendons dans une riante vallée où pâturent, sous le soleil, chevaux et moutons. Ca fait du bien de revoir des êtres vivants !!!

13-grotte

 

 

 

 Nous montons par la F578, piste de la Kalmanstunga,  sur la coulée basaltique vers les grottes de Stefanshellir et Surtshellir. Ces longues galeries sont issues de  fissures du Langjökull survenues au VIII° siècle. Jadis, s’y cachaient les hors-la-loi et les proscrits.

 

 

 

13-chien

 

 

 

 

 

Nous décidons de pique-niquer vers Kalmanstunga. Un gentil chien vient partager notre repas.

 

 

 

 

Plus loin, sur la Hvitá (rivière blanche), nous rencontrons la cascade d’eau limpide du Hraunfossar (cascade de la lave) et les chutes bouillonnantes de Barnafoss (chute des enfants) dénommée ainsi à cause de deux enfants qui y tombèrent un soir de Noël.

13-Hraunf 13-barna

13-Reykh-bain

  

  

 A Reykholt, petit village géothermal où fume la terre, nous découvrons le bain de  Snorri (Snorralaug) , alimenté par un aqueduc caché derrière une porte en bois. Le bain vient de la Skrifla, une source chaude proche. Snorri Sturluson était un homme politique et scalde (1179-1241), auteur de sagas islandaises.

 

 

13-Reykh-eglises

 

 

 

 

 

C'est étonnant pour un aussi petit village de rencontrer deux églises du même culte se faisant face.

 

 

 

 

 La plus grande (à gauche) a été achevée en 1996, elle jouxte un centre culturel dédié à Snorri Sturluson. C'est pour le renouveau culturel de Reykholt, lancé dans les années quatre-vingts, que la construction de cette nouvelle église, plus vaste, avait été décidée. On y donne des concerts tout au long de l'année et, chaque été, un festival de musique s'y déroule.
Celle de droite sur la photo est l'ancienne, elle est en bois et date de 1886. Elle avait été construite dans le style du modèle de l'époque, la cathédrale Dómkirkjan (1847, située place Austurvöllur à Reykjavík). Il y a quelques années elle était peinte en blanc et rouge.

13-ballots.JPG

 

 

 

 

 La route continue à travers les verts pâturages, de grosses balles de fourrage enveloppées de plastique blanc sont disséminées dans les champs attendant d’être rentrées pour nourrir le bétail l’hiver.

 

 

 

A Deildartunguhver, nous entrevoyons à travers les vapeurs la plus puissante source d’eau chaude du monde qui débite 180 litres d’eau par seconde à une température de 97°.

 13-Deildar1 13-Deildar2

13-Deildar3

Quelques secondes devant ces évents et nous obtenons un nettoyage de peau bien plus efficace que chez l’esthéticienne …

Cette eau bouillante chauffe d’immenses serres où poussent légumes et fruits.

13-tomate

 

 

 

 

Devant cette serre, un petit kiosque en bois décoré attend que vous insériez vos 200 couronnes dans la tirelire en échange d’un sac de tomates. Les islandais sont très confiants.

 

 

 

 

13-Deildar4

 

 

 

 

 

 Les villes d’Akranes et Borganes sont chauffées par un pipeline qui sort d’une petite usine.

 

 

 

 

 

A Varmaland, nous bifurquons le long de la vallée de la Norðurá pour aller gravir le volcan Grábrók.

13-Grab2 13-Grab

 

Un escalier, puis un petit sentier aménagé nous mènent au fond du cratère, les flancs sont couverts de scories rouge brique. Notre imagination ne fait qu’un tour et nous charrions Jean-Louis avec « ça chauffe » (voir jour 7).

Nous montons au sommet du grand Grábrók et en faisons le tour.

13-Grab3

 

 

 

 

De là, nous découvrons le petit Grábrók et les ruines d’un enclos à moutons qui dresse ses murets édifiés de blocs de lave.

 

 

 

 

 

Borgarnes, à l’embouchure du Borgarfjörður, nous avons une vue sur les glaciers Ok et Eíriksjökull.

 

13-Langa

  

  

 

 

Nous faisons nos emplettes et nous dirigeons vers notre hébergement de Ensku-Husín au bord de la rivière Langá.

 

 

 

 

 

 

 

 Lorsque nous apprenons que la traduction est : "maison anglaise", les blagues fusent : pas de mitigeur ni de mélangeur,  vieux parquets branlants, haricots rouges à la tomate au petit déjeuner, nourriture bouillie insipide.

Il est 18h30, des convives sont déjà à table.

13-lavabo

 

 

 

 

 

Quand nous visitons, la salle de bains est conforme au standard anglais : vieille baignoire sur pieds, lavabo immense avec deux robinets inaccessibles sur les côtés.

 

 

 

 

La chambre minuscule comporte un petit matelas posé par terre pour Nicolas. Nous regimbons, car c’est bon pour un enfant de cinq ans mais pas pour un adulte. Le patron nous propose de monter un sommier durant notre dîner, mais la patronne donne une autre chambre à Nicolas.

 

Surprises en passant à table. Le velouté de poulet au curry est un délice ; le pain maison aux oignons ou celui au cumin un régal, nous nous délectons du pesto qui l’accompagne ; le gigot doré et les pommes de terre rôties sont succulents, et que dire du crumble à la rhubarbe* et de la boule d’excellente glace à la vanille.

Ce n’est pas possible, le patron a dû faire ses études culinaires en France.

Et bien non, c’est en Suisse que le chef a fait ses armes.

La maison a été bâtie en 1884 par un Anglais et servait uniquement pour loger les pêcheurs. C’est dans les années 2000 que l’héritière, mariée au cuistot  Islandais, la transforma en maison d’hôtes.

Le chef nous a gentiment  confié sa recette de crumble.

En guise de promenade digestive, nous retournons à Borgarnes afin de laver la voiture bien souillée par le passage sur la  Kaldidalur. Deux stations sont dépourvues de lavage, celui de la troisième est en réfection.

Nous poussons jusqu’au bord de la baie de Faxaflói. Un peu plus à l’ouest, sur les récifs d'Álftanes, s'est échoué le "Pourquoi-Pas", navire du commandant Charcot en 1936.

Nous rentrons au gîte la voiture toujours aussi cra-cra.

Ici, pas de hot-pot, mais je me délasse sous une bonne douche bien chaude.

 

* La recette du crumble à la rhubarbe se trouve à la page Recettes.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Myriade 23/10/2016 10:54

Merci

Présentation

  • : Le blog de Myriaðe
  • : Tous mes voyages en Islande
  • Contact

Profil

  • Myriaðe
  • Je suis atteinte d'Islandite aigüe, maladie incurable, mais je me soigne par des séjours répétés en Islande, où je me gave de skyr comme mon avatar Skyrgámur...
  • Je suis atteinte d'Islandite aigüe, maladie incurable, mais je me soigne par des séjours répétés en Islande, où je me gave de skyr comme mon avatar Skyrgámur...

Rechercher